Aller au contenu

Je suis ravie de te partager aujourd’hui mon expérience sur la voie d’Arles. Je suis partie deux fois sur le chemin d’Arles et j’ai eu un véritable coup de cœur pour cet itinéraire.

Le chemin de Compostelle

Comme je te le disais, l’un des intérêts du chemin de Compostelle c’est de proposer une multitude de points de départ. Situés sur différentes voies aux noms sympathiques, les quatre routes françaises principales étant historiquement les suivantes :

• la via Turonensis, au départ de Paris, en passant par Tours
• la via Lemovicensis, au départ de Vézelay, en passant par Limoges
• la via Podiensis, au départ du Puy-en-Velay, en passant par Cahors
• la via Tolosana, voie d’Arles, au départ d’Arles, en passant par Toulouse

Soit tu es un vrai de vrai, et tu pars de chez toi. Puisque historiquement le vrai pèlerin faisait son petit paquetage, claquait la porte et allait directement sur le chemin. Pas de bol s’il habitait dans le fin fond du Nord de la France, ça lui rajoutait un peu plus de défis par rapport aux petits copains du Sud !

Soit, tu n’es pas encore à la retraite. Et comme le commun des mortels tu n’as malheureusement pas 2 mois de congés voir plus sous le coude.

Si tu le fais en une ou plusieurs fois, tu choisis donc ta voie. Et là le doute s’installe. Quelle voie prendre, pourquoi, comment ?

Il y a bien sûr celle de Puy-en-Velay qui est la plus connue et majoritairement empruntée. Mais d’autres voies, plus intimistes, permettent aussi de voir du pays et de profiter de jolis paysages.

C’est pourquoi aujourd’hui je vais te parler de la voie d’Arles, qui fut l’élue de nos deux dernières pérégrinations sur Compostelle :
– en 2011 lorsque nous avions fait l’étape Arles jusqu’à Lodève
– Et cette année où nous avons randonné de Montpellier jusqu’à Toulouse

Si toi aussi tu hésites ou souhaites simplement en savoir un peu plus sur cette voie qui gagne à être un peu plus connue viens par là. Attention je ne dis pas que la voie d’Arles est mieux qu’une autre, simplement qu’elle vaut son pesant de kilomètres.

La voie d’Arles ou via Tolosana

Pour te perdre un peu plus cette voie a plusieurs noms. Passons sur les noms historiques “Via Aegidiana”, “Via Arelatensis” que tu ne verras jamais. On l’appelle communément la via Tolosana (ou voie toulousaine) et la voie d’Arles. Jusqu’ici rien de trop compliqué puisqu’elle passe par Toulouse et commence à Arles.

Un peu d’histoire ? C’était la voie empruntée par les pèlerins provenant de Rome à l’époque pour rejoindre Compostelle. Elle fait partie des voies historiques !

La voie d’Arles, en bref

La voie d’Arles, ou via Tolosana est balisée en tant que sentier de grande randonnée n° 653 (GR 653). Inauguré en 1990 il est bien balisé, et facilement praticable. Sur certaines portions un peu moins mais globalement c’est une voie assez agréable qui ne perd pas trop son pèlerin. Voie historique, on y compte pas mal d’hébergements, beaucoup moins que sur d’autres beaucoup plus « touristiques » mais c’est déjà plutôt pas mal !

voie d'Arles - via Tolosana

Grosso modo on compte 1590 km soit 740 km jusqu’à la frontière d’Espagne et 850 km de la frontière à Compostelle.

Elle rejoint l’Espagne après avoir franchi les Pyrénées au col du Somport. Elle retrouve d’ailleurs les autres voies à Puente la Reina, en territoire espagnol pour rejoindre l’itinéraire menant à Saint-Jacques de Compostelle appelé le Camino francés.

Elle compte quelques monuments inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco dont la ville d’Arles, la basilique Saint Sernin et l’hôtel-Dieu à Toulouse, la cathédrale Sainte Marie à Auch ou encore l’’église Sainte Marie à Oloron Sainte Marie. De quoi ravir les férus d’histoire et de beaux monuments !
Outre ces points d’intérêts elle traverse notamment les villages et villes de Saint Guilhem le Désert, Lodève, Castres, Toulouse, Auc, Pau et Urdos

Pourquoi choisir la voie d’Arles pour rejoindre Compostelle?

1. La voie d’Arles, facilement accessible !

Cette année nous l’avons choisi pour plusieurs raisons. La première était peu glamour et très logistique puisque nous avions besoin d’un itinéraire assez simple à faire sur deux semaines avec un départ et une arrivée idéales en termes de transport. Quoi de mieux que Montpellier et Toulouse pour rejoindre ensuite Paris.

voie d'Arles - via Tolosana - Toulouse


La voie d’Arles présente en effet pas mal de points de chute assez faciles à rejoindre, Arles étant aussi bien desservi. Mieux que Puy en Velay par exemple.

2. Des villages coup de cœur et de magnifiques paysages

Je te rassure même si cela a joué dans la balance, nous n’avons pas choisi cet itinéraire simplement pour du pratico pratique. Pour avoir déjà fait un petit bout de cette voie nous connaissions déjà quelques étapes. Et avions eu un coup de cœur pour Saint-Guilhem-le-Désert notamment. Reprendre le chemin à Montpellier était l’occasion parfaite pour y retourner 6 ans après.

Même si Saint-Guilhem-le-Désert a été clairement à la hauteur de nos souvenirs, nous avons aussi traversé de très jolis lieux, comme le charmant Castanet-le-Haut, Castres, Sorèze, Toulouse…

voie d'Arles - via Tolosana - pont du Diable

Des villages oui mais surtout de magnifiques paysages. Qui ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer puisque à chaque jour suffit son joli paysage et ses découvertes. De la montagne, des forêts, le canal du midi… plusieurs fois par jour parfois nous changions totalement d’environnement ce qui permet de se concentrer un peu moins sur ses pieds et un peu plus sur le paysage.

3. Le chemin d’Arles, un balisage agréable dans l’ensemble

Ce n’est pas l’un des éléments qui nous y a poussés, puisque c’est souvent la surprise du chef à l’arrivée. Mais le balisage est plutôt bien fait, dans l’ensemble, et permet de suivre agréablement le guide GR sans avoir le nez toujours fourré dans son topoguide !

Les petits bémols sur la voie d’Arles

La via Tolosana étant beaucoup moins empruntée que celle du Puy en Velay… le nombre de pèlerins au m2 est beaucoup moins important. Moins de rencontres donc même si nous avons eu notre lot de jolis échanges avec quelques pèlerins et hôtes.
Moins d’hébergements aussi, et pas de donitavo ( voir mon article chemin de compostelle hébergement gratuit) même si cela n’a jamais été foncièrement handicapant cela demande un peu plus d’organisation.
Autre petit bémol dû surtout à la période, c’est une voie plus agréable au printemps ou en automne. La chaleur estivale et le manque de points d’eau ne nous ayant pas desséché comme des pruneaux nous avons tout de même eu quelques traversées du désert !

Les étapes de la voie d’Arles

étape 1 : Arles – Saint-Gilles-du-Gard : 20,5 km
étape 2  : Saint-Gilles-du-Gard – Vauvert : 17 km
étape 3 : Vauvert – Gallargues-le-Montueux : 13,5 km
étape 4 : Gallargues-le-Montueux – Montpellier : 36 km
étape 5 : Montpellier – Montarnaud : 23 km
étape 5  : Montarnaud – Saint-Guilhem-le-Désert : 22 Km
étape 6  : St-Guilhem-le-Désert – St-Jean-de-la-Blaquière : 24 km
étape 7 : Saint-Jean-de-la-Blaquière à Soumont – Lodève : 15 km
étape 8  : Lodève – Lunas : 28 km
étape 9  : Lunas – Saint-Gervais-sur-Mare : 28,5 km
étape 10  : St-Gervais-sur-Mare – Murat-sur-Vèbre : 23 km
étape 11 : Murat-sur-Vèbre – La Salvetat-sur-Agout : 22 km
étape 12 : La Salvetat-sur-Agout – Anglès : 20,5 Km
étape 13  : Anglès – Boissezon : 21 km
étape 14  : Boissezon – Castres : 16 km
étape 15  : Castres – Dourgne : 22 km
étape 16 : Dourgne – Revel : 19 km
étape 17 : Revel – Les Cassès : 17 km
étape 18 : Les Cassès – Montferrand : 22 km
étape 19  : Montferrand – Baziège : 25 km
étape 20 : Baziège –Toulouse : 34 km
étape 21 : Toulouse – Léguevin: 23
étape 22  : Léguevin – L’Isle-Jourdain : 14,5
étape 23  : L’Isle-Jourdain – L’Isle-Arné / La Motte : 33 km
étape 24 : L’Isle-Arné / La Motte – Auch : 26,5 km
étape 25  : Auch – Barran : 17 Km
étape 26  : Barran – Montesquiou : 15 km
étape 27 : Montesquiou – Marciac : 24 km
étape 28  : Marciac – Maubourguet : 17 Km
étape 29  : Maubourguet – Anoye : 23,5 Km
étape 30  : Anoye – Morlaàs : 15 km
étape 31  : Morlaàs – Lescar : 20km
étape 32  : Lescar – Oloron-Sainte-Marie: 33 km
étape 33 : Oloron-Sainte-Marie – Sarrance : 22 km
étape 34 : Sarrance –Borce : 22 km
étape 35  : Borce – Col du Somport : 18 Km (cumul = 768,5 Km)
étape 36  : Col du Somport- Jaca : 22km
étape 37 : Jaca – Arrès : 25km
étape 38 voie d’Arles : Arrès – Ruesta : 27
étape 39 voie d’Arles : Ruesta – Sanguesa : 23
étape 40 voie d’Arles : Sanguesa- Monreal : 31,5km
étape 41 voie d’Arles : Monrea – Puente-la-Reina : 31,5km

Profil topographique de la voie d’Arles

Profil – voie Arles chemin de compostelle

Et pour tout préparer, rendez-vous sur le Topoguide de la voie d’Arles :

7 commentaires sur “Pourquoi choisir la voie d’Arles, la via Tolosana pour se rendre à Compostelle ?”

  1. L’aventure commence bien avant de poser un pied sur le “Camino”. Et en effet chaque journée renferme tant de paysages et de souvenirs qu’on a l’impression d’être parti 2 mois et non 2 semaines. Gros bénéfice ça !!!

  2. la Via Tolosana c’est pour 2018 ; départ fin mars; et cette fois, c’est parti pour 2 mois et demi non-stop si tout va bien !!!
    Je suis enfin en retraite ! jusqu’à présent j’ai pu faire Paris- St Jean pied de port, Le Puy- St Jean pied de Port, Vézelay- Bazas à chaque vacances scolaires; je suis impatiente !!!!

      1. Merci pour votre commentaire moi ayant fait puy en Velay arrivee à sr jacques je préfère me rapprocher près de chez moi lu votre histoire ça m’encourage de partir pour fin.septembre

      2. j’ai parcouru la voie Podiensis en avril 2019 jusqu’à Fistera , je repars cette année d’Arles , Oloron Ste marie , St jean pied de port, St jean de Luz puis la Camino norte et à Oviedo le Camino primitivo ,donc je me renseigne et prépare mon départ début Mai

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

S'inscrire à ma newsletter

Toute l’actualité par ici