COMPOSTELLE 2018 @Merrell | Le début d’une aventure de 39 jours

Posted on

[Okkkk. Respire profondément. Voilà. Détends-toi. Inspire. Expire. Décrispe tes petits doigts impatients sur ton clavier. Et essaie de rendre cet article digeste. Allez Camille on y croit.]
Mardi 22. Il me reste 2 jours pour tout finaliser.  Pour finaliser quoi? Un nouveau trail? Une échappée de 3 jours à perpet? Non… Pour organiser plus d’un mois de randonnée sur Compostelle.

Départ…vendredi matin pour Bayonne. C’est très drôle comme je pensais m’être préparé à fond pour cette grosse étape de ma vie et je me retrouve à tout devoir précipiter en quelques jours. Hilarant… Les aléas de la vie, les changements de dernière minute. Partir sur Compostelle pendant plus d’un mois c’est un projet qui a mûrit il y a plus d’un an, date à laquelle je posais mes congés pour cette année. C’était un rêve de longue date, une case à cocher avant mes 30 ans. Le genre d’aventure inespérée qui finit par arriver un jour, toujours trop vite, te laissant haletant sur tes préparatifs de départ.

Il y a plus d’un an donc…je rentrais de 2 semaines passées avec ma mère avec ce sentiment de frustration latent. J’en avais déjà fait quelques bouts de ce chemin. 2 semaines par ci, 2 semaines par là. C’est bien, c’est dépaysant. Mais j’avais le sentiment que ce n’était pas assez. Que je venais de me taper toute la Bande Annonce du film et qu’on m’enlevait le grand final. Que l’action commençait à devenir intéressante quand « poufff » le grand écran s’éteint et tu n’as plus qu’à rentrer chez toi. J’avais envie de plus, de plus d’expérience, de plus de rencontres. D’aller creuser encore plus profondément dans mes recoins. De sortir encore plus de ma zone de confort, de prendre la bande d’arrêt d’urgence de mon autoroute. C’est une envie qui ne s’explique pas. Que je ne m’explique pas du tout à vrai dire, alors y mettre des mots…n’en parlons pas. C’est un besoin, un sentiment d’accomplissement, une recherche de soi.

COMPOSTELLE, départ en 2011

Lorsque ma mère m’a annoncé il y a maintenant…9 ans qu’elle partait faire un petit bout de Compostelle, seule, de Puy en Velay. Je n’étais ni rassurée ni hyper convaincue. Marcher tous les jours, pourquoi pas. Avec un sac énorme…super super. Et 3 tshirts, ooooh mon dieu. Mouais, pas terrible terrible cette histoire. J’aime bien la rando, mais mon petit confort et une piscine chauffée c’est plutôt pas mal aussi…

Compostelle voie d'Arles
Compostelle voie d’Arles

…Et pourtant. Quelques mois plus tard, par goût d’aventure, du défi mais aussi pour partager cette aventure en famille nous partons ma mère, ma tante et moi sur un petit bout de la voie d’Arles. 2011 marquera donc les premiers kilomètres sur ce petit bout de Compostelle. J’y découvre les plaisirs de la randonnée itinérante, la fatigue, la découverte, le chemin qui passe parfois vite, parfois très lentement, les belles rencontres, les moins belles …et je ressors de là avec une seule envie : me faire tout Compostelle !

Non je plaisante. Je ressors de là avec des vacances inoubliables, une sacré expérience, mais pour l’instant l’expérience s’arrête là ! Ce que je ne sais pas encore c’est que le virus du chemin a commencé à faire son chemin, à imprégner petit à petit tout mes globules et qu’il reviendra rapidement à la charge pour me donner des envies d’ailleurs.

Je remercie donc ma petite maman et ma tante…pour ce périple inoubliable. Elles auront été ma première source d’inspiration et malgré un port du bob de randonneur que je ne cautionne toujours pas je les admire pour leurs nombreux périples accomplis depuis (nb. elles rentrent tout juste de quelques semaines de rando bretonnes…).

Compostelle voie d'Arles
Compostelle voie d’Arles

COMPOSTELLE, 2016 et 2017

Lorsque j’ai commencé à annoncer à mon entourage que je partais sur Compostelle, cette fois-ci en entier, les réactions ont été multiples…mais globalement le constat a été sans appel  » non mais encooooore ». J’avais soudainement l’impression de leur ressortir un épisode de Greys Anatomy saison 28 épisode 32. Comment ça encore? « Bin oui tu étais pas déjà parti l’année dernière et l’année d’avant ».  » Toi tu passes bien tes vacances tous les étés à Arcachon, non mais oh ».

Donc oui. Encore. Mais cette fois-ci pour de bon. Pour les runners, ma démarche aura été la même que pour une course. J’allonge la distance, je teste ma motivation et je finis par partir sur un petit ultra après avoir validé que c’était bien ce que je voulais. Il y a eu quelques vacances tests, qui m’ont conforté dans cette grande folie de vouloir faire le chemin un peu plus longtemps…

En 2016, j’embarque ma copine Carole sur le Camino del Norte pour un petit bout de Compostelle espagnol… 5 ans plus tard je me souviens simplement que le chemin m’avait beaucoup appris. Et que j’ai bien besoin de refaire le point. La magie est toujours là, les courbatures aussi. Le chemin s’avère plus difficile que prévu mais nous revenons avec le sourire, la crasse et des souvenirs plein la tête ! Le retour sur Paris se fait dans la bonne humeur, mais avec une sensation d’inachevée. Le but était encore bien loin, mais quand même… est-ce qu’un jour je vais l’attendre ?!

Compostelle Camino del Norte
Compostelle Camino del Norte

2017. Rebelote, ma mère, initiatrice de ce projet, et moi embarquons pour un autre chemin de Compostelle…cette fois-ci retour sur la voie d’Arles pour randonner de Montpellier à Toulouse. De nouveau, le plaisir de se retrouver, les rencontres, le partage, les moments simples …le dépassement aussi, la difficulté et ces journées toujours aussi fortes, toujours aussi pleines de leçons et de kilomètres. Deux semaines c’est très long lorsque tu marches tous les jours. Le finish à Toulouse est bienvenu, ni ma mère ni moi ne sommes en très bon état. Et pourtant. Ce sentiment de « déjà » réapparaît. De ne pas être allé jusqu’au bout. Et cette envie d’en découdre une fois pour toute.

 

 

| SANTIAGO DE COMPOSTELA ▪ DAY 14 ▪ THE END ▪ Montpellier > Toulouse | ■ This is it ! We finally arrived 😄 After more than 360km and 14 walking day Im so excited to celebrate the end of our trekking 😃 And Im so proud of my wondermum who had so many feet trouble but cope with that and finish it with me 👊 Time to rest and visit Toulouse 😍 See u soon for more details. ■ Toute bonne chose ayant une fin nous sommes finalement arrivées à Toulouse cet après-midi 😄 Après plus de 360 kms 👊 Sans compter les kms de visite de village, les kms de pause pipi les kms de recherches de glace etc. Après 14 jours intenses. Remplis de souvenirs, de paysages, de rencontres mais aussi de bobos et de grosses chaleurs. ■ La dernière journée n’aura pas été facile avec 20kms supplémentaires pour arriver. Je suis tellement fière de ma wondermaman qui s’est accroché jusqu’au bout. Même si le bout n’a pas été facile, pour elle comme pour moi ! ■ Parachutées à Toulouse après des jours loin de la civilsation… Le choc est brutal. Des humains partout, des voitures, du bruit. Un indien dans la ville version randonneuses pouilleuses 😂 ■ Mais nous allons quand même en profiter. Et casser la croûte. Même pas mal de croûtes 😋 Je te souhaite donc une bonne soirée et à très vite pour un debrief pavé comme je les aime 😉 😘 ▪ ▪ #compostelle #randonnée #trekking #trek #travel #mountain #mountainlover #caminodesantiago

Une publication partagée par Cam_dewoods (@cam_dewoods) le

Compostelle, 2018

L’année 2018 commence avec un gros challenge, le défi de la Ste Victoire. Entre temps Gore Tex m’invite à réaliser les derniers kilomètres sur Compostelle avec quelques influenceurs. J’hésite. J’ai le sentiment de courir les 2 derniers kilomètres d’un marathon sans m’être farci les 40 derniers. Est-ce triché.

Compostelle Gore Tex
Compostelle Gore Tex

Je réfléchis. Je sais très bien que Compostelle ce n’est pas qu’une question de kilomètres, ce n’est pas que du bornage pur et dur. J’ai connu des « anciens » qui l’ont fait une dizaine de fois et m’ont tous dit qu’il est possible de le faire …de le refaire encore et encore sans que l’aventure ne soit jamais pareille. Alors oui, j’ai adoré cette expérience et l’émotion ressentie à l’arrivée… ce n’était pour moi qu’un prémisse et un déclencheur encore plus fort pour me rassurer sur le fait que j’étais plus que motivée pour… cette grande aventure !

LA GRANDE AVENTURE, MAINTENANT !

Pourquoi? C’est globalement la question que l’on me pose …pourquoi partir 39 jours sur Compostelle et ne pas faire un tour de l’Asie. Pourquoi à pieds. Pourquoi j’aime la randonnée. Pourquoi j’ai ce besoin d’aller jusqu’au bout…Pourquoi, pourquoi, pourquoi…

Est-ce religieux? Non. Je te l’explique déjà dans un précédent article. Je respecte à 100% ceux qui parcourent ce chemin pour des raisons religieuses et nous échangeons beaucoup. Ce n’est néanmoins pas ma démarche. Je parlerais de pèlerinage personnel. De besoin d’aller jusqu’au bout de l’aventure. La décennie 20-30 ans n’aura pas toujours été tendre, parsemée de petites embûches et de quelques épreuves tests. J’ai joué ces 10 dernières années sur le mode Mario Bros, je fonce, je prends les bonus, je saute au dessus des méchants, je me fais buter sur une inattention, je reviens au point de départ. Je recommence. J’enchaîne les parties, sans respirer, sans même prendre le temps de regarder derrière moi pour réaliser que la partie est finie et que je passe au niveau suivant.

De belles rencontres, des souvenirs pleins la tête, mais aussi de gros poids lourds. Une perte. Un long chemin parcouru pendant dix années. Symboliquement je pense que j’avais besoin de me retrouver pour une fois avec moi même et de parcourir un autre bout de chemin. Qui me laisse enfin digérer, faire le point, réaliser, et surtout prendre du recul. Qui me teste encore une fois sur le long terme afin de savoir si j’en étais capable.

En réalité j’ai beau essayer de te trouver un nombre incalculable de raisons qui me donnent envie de partir il n’y en a pas une plus qu’une autre. J’en ai besoin. Point. Il n’y a pas de « parce que » à ton « pourquoi ». Chaque jour m’apportera certainement son lot de « parce que » mais chaque jour m’apportera aussi de nombreux « pourquoi… ». J’ai 39 jours pour aller découvrir tout ça…

Compostelle Voie d'Arles
Compostelle Voie d’Arles

UNE AVENTURE SEULE, ENFIN PRESQUE

Réaliser le chemin de Compostelle c’est un projet qui me prend aux tripes et qui représente beaucoup à mes yeux. Au tout début, je voulais le vivre seule, pour moi, me retrouver. Couper instagram, vivre à 100% l’expérience. Et puis j’ai repensé à mon dernier chemin, à ces deux semaines avec ma mère et tous les échanges que j’avais pu avoir.

 

| SANTIAGO DE COMPOSTELA ▪ DAY 4 ▪ Soulon > Lunas | ■ From Soulon to Lunas. 28km 👊 Hot hot trek today with no water on the way 😥 and my feet are clearly dead Im not confident for tomorrow 😿 ■ Les randos passent mais ne se ressemblent pas. Par contre le dénivelé reste… lui 😥 Début de rando assez agréable à la fraîche ⛅ du bonheur 😍 Rapidement suivie par une ascension de col beaucoup moins sympathique 🗻. Un pic un roc un sacerdoce…sous le cagnard forcément c’est plus marrant 🔫 ■ Le temps est lourd. Mon sac aussi. Et les problèmes de pieds se font sentir 😣 les problèmes . Pas l’odeur. Quoi que. Une douleur phénomènale au niveau de l’avant et du talon 😨 Sur les deux pieds forcément. Sinon j’aurais fini à cloche pied bien entendu. Douleur que je me tape depuis 48h et qui ne diminue pas…Le sac est déjà très léger alors je ne peux faire mieux. Les chaussures? Problème d’amorti? ■ Mon envie de Mcdo a vite été remplacée par une envie de balancer mes pieds à bâbord😠. Mais à la place j’ai fini les 8 derniers kms en sandale. Paye ta dégaine de touriste du dimanche je sais 😂 Sinon pour demain…et bien qui vivra verra. Après avoir bouffé des barres et des raisins secs depuis ce matin je compte me péter le bide pour oublier mes tracas pédestres et fêter ces 28km achevés ! Bonne soirée 😘 ▪ ▪ #randonnée #trekking #trek #exploring #mountain #mountainlover #caminodesantiago #outdoor #ASICSFrontrunner #trailrunning #trail #travel #walking #outdoorgobellesrandos

Une publication partagée par Cam_dewoods (@cam_dewoods) le


A ces personnes qui m’ont témoigné tant d’intérêt pour mon expérience, pour ce chemin. Qui se sont passionnés pour chaque Etape. Je me suis rendu compte à quel point cette expérience était plus forte lorsque je la partageais. A quel point l’intensité de ce que je vivais était décuplé lorsque je pouvais le raconter, le revivre. Et surtout à quel point j’étais au final heureuse de pouvoir te donner envie un jour peut être d’enfiler un short et des baskets et de te faire un petit bout de chemin toi aussi.

Alors certes, il y aura beaucoup de moments à moi. Certes je vivrais cette expérience avant tout pour moi, pour les rencontres et le partage « réel » et certes la 4G espagnole ne me permettra dans tous les cas pas toujours de pouvoir te donner de mes nouvelles. Mais j’ai hâte de te faire vire à toi aussi mon périple de folie.

UN PARTENAIRE DE CŒUR, MERRELL

Comme je te le disais plus haut, c’est un projet qui me tient à cœur et sur lequel je ne souhaitais initialement pas communiquer. Encore moins faire de partenariats. Il faut savoir que tout partenariat a des avantages bien sûr mais aussi des inconvénients. Et que je ne souhaite pas passer la moitié de mes kilomètres à me demander « mais comment je vais prendre une photo de la chaussure x ou mettre en avant la barre de céréales y » . C’est mon aventure, mon bébé et j’ai donc été ravie que Merrell ai complètement compris ce besoin. Plus qu’un partenaire ou un sponsor je vois la marque comme un réel allié dans cette aventure. De par ses valeurs, son aspect humain et sa réactivité pour me permettre de bénéficier du meilleur équipement, dans un temps record. Malgré mes changements de plannings assez conséquents !

Alors du fin fond de mon petit cœur qui palpite à 180, un grand merci ! Un grand merci à Merrell pour son accompagnement de choc, à l’agence North pour son aide précieuse et surtout à Domitille qui sera bientôt tranquille pendant 39 jours et pourra souffler s’en entendre parler de Compostelle.

Je pars donc très prochainement pour 39 jours de randonnée, 965 kilomètres…à suivre dans un prochain article !

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 195 articles sur le Blog.

8 Comments

  1. Alinette says:

    Merci de nous avoir livré tout ce cheminement…Evidemment hâte de suivre cette aventure (j’ai déjà du commenter 3 posts et 5 stories insta avec cette phrase #elleradotelavieille!) et je te confirme que ça donne envie d’aller découvrir des sentiers, de partir à l’aventure, de faire ce qui nous plait et de se demander justement ce qui nous plait… MERCI

  2. Camille Courtenvert says:

    Bien qu’on est déjà parlé, j’ai lu cet article là comme ça … et j’espère que tu apprécieras grandement ce long pèlerinage personnel 🙂 Il est parfois nécessaire, et je le respecte.

    Hâte d’avoir ton article de retour 🙂

  3. COMPOSTELLE 2018 | BEHIND THE CAMINO JOUR 1 À 7 says:

    […] mois et demi plus tard… me voilà de retour sur le blog après 39 jours sur le Chemin de Compostelle. Le retour à la « vraie vie » commence à s’amorcer et j’avais bien envie de te […]

  4. COMPOSTELLE 2018 | BEHIND THE CAMINO JOUR 8 à 14 – Cam Dewoods says:

    […] mois et demi plus tard… me voilà de retour sur le blog après 39 jours sur le Chemin de Compostelle. Le retour à la « vraie vie » commence à s’amorcer et j’avais bien envie de te partager […]

  5. COMPOSTELLE 2018 | BEHIND THE CAMINO JOUR 14 à 21 – Cam Dewoods says:

    […] mois et demi plus tard… me voilà de retour sur le blog après 39 jours sur le Chemin de Compostelle. Le retour à la « vraie vie » commence à s’amorcer et j’avais bien envie de te partager […]

  6. Eloïse says:

    Je découvre ce blog et cette aventure en même temps. Hâte de lire la suite!

  7. COMPOSTELLE 2018 | BEHIND THE CAMINO JOUR 22 à 28 – Cam Dewoods says:

    […] mois et demi plus tard… me voilà de retour sur le blog après 39 jours sur le Chemin de Compostelle. Le retour à la « vraie vie » commence à s’amorcer et j’avais bien envie de te partager […]

Leave a comment

Your email address will not be published.