Trail Sainte Victoire | Les 60 nuances de la Ste Victoire

Posted on

Par quoi commencer ce CR du Trail Sainte Victoire, plein de péripéties. Déjà par un grand merci. Histoire que tout le monde puisse le lire… de celui qui parcourra ce CR romancé de bout en bout à celui qui se contentera de picorer les premières lignes. Un grand merci à Rémi qui m’a accompagné tout du long sur cette longue aventure… que je n’aurais jamais bouclé sans lui. Mon mental seul ne m’aurait jamais emmené jusqu’au bout sans être accompagné de sa patience et de ses encouragements. Un immense merci à mon coach Mike qui m’a non seulement préparé mon plan il y a 3 mois, accompagné semaines après semaines, écouté douter, râler, baliser, m’inquiéter. Qui m’aura rassuré des centaines de fois « mais si tu peux le faire », m’aura amené sur la Sainte Victoire il y a quelques semaines pour me préparer psychologiquement et m’aura enfin suivi sur les derniers kilomètres. Je n’ai pour l’instant pas assez de distance et de repos pour apprécier à sa juste valeur l’investissement que tout cela a pu représenter, mais je sais pertinemment que cette ligne d’arrivée je la dois aussi à tout l’investissement qu’il a mis dans ma prépa de bout en bout. Pour finir cette cérémonie des oscars, un grand merci à l’organisation pour ce trail très bien ficelé. Un balisage parfait et une organisation sans failles. Et bien sûr un énorme merci aux bénévoles. Certains m’ont fait peine, emmitouflés dans leur doudoune, à braver le froid et le vent de la Sainte Victoire en ce dimanche pour venir nous apporter leur aide. C’est aussi grâce à toutes ces personnes que l’on profite jusqu’à la ligne d’arrivée. Et un merci aussi à ma famille, qui ne me renie toujours pas malgré les petites frayeurs que je leur fais !

Et voilà…cela promettait d’être un parpaing. A peine fini le déballage de remerciements on a déjà fait péter les records. Que veux-tu. Cette expérience vaut son pesant de mots. Rassure-toi tu ne passeras tout de même pas 12h à lire mon compte rendu, mais il va être difficile pour moi de te livrer un récit synthétique d’une expérience qui aura été si riche en tirades intérieures et rebondissements hitchcockiens. J’ai heureusement mis mon cerveau sur pause après quelques heures, puisque plus le dénivelé et le nombre de kilomètres au compteur s’agrandissaient, plus mes pensées s’essoufflaient. Néanmoins, cette épreuve aura été aussi rude pour mes nerfs que pour mes cuissots.

Viens revivre avec moi ces 60 kilomètres de pure folie sur le trail Sainte Victoire

7h du mat, la trail de la Ste Victoire

Une nuit blanche. Un trouillomètre sur les starting… Le départ aura été assez difficile et le mental long à la détente. À quelques minutes du départ j’ai le sentiment d’être une imposture totale. Je regrette ma dégaine de traileuse daltonienne du dimanche et mon petit short fluo Nike. Ok l’habit ne fait pas le moine, mais j’aurais pu essayer d’être un peu plus crédible histoire de me fondre dans la masse.
Parlons-en de cette masse… de mâles. Je sens quelques regards amusés, parfois goguenards. J’ai l’impression d’y lire « tiens, encore une qui découvre le Trail », « et celle-là va se prendre la barrière horaire », « t’es venu avec tes parents ma petite ». Ou pas. C’est peut-être moi qui me fait des films. Parce que je ne me sens pas à ma place. Parce que je ne m’en sens pas capable.
Pourtant je me suis entraîné quand même, mais franchement…moi…sur un 60 kilomètres. Laisse-moi rire. Mon estomac se coupe, ma respiration se saccade, j’ai l’impression de repasser mon bac encore et toujours. Le stress n’aide pas mais comment faire pour m’en débarrasser… vivement le départ qu’on en découse !

…je vais vomir
…mon dieu j’ai rien à faire ici
« bonjour, vous n’auriez pas un blog »
« euh si »
… et merde je suis repéré
« c’est super ce que vous faîtes, bravo…continuez »
« ooh merci »

Perdue dans mes pensées auto destructives j’ai eu le plaisir de rencontrer un autre traileur, qui m’a…reconnu. Il y a des mots gentils, gratuits, qui permettent de se détendre un peu ! Merci à monsieur X, dont j’ai malheureusement oublié le nom de m’avoir alpagué, malgré mon air abattu !

Merci à monsieur X, qui aura finalement bien eu son compte rendu de course !

Départ à 10km

Et là enfin, le départ. C’est toujours un moment particulier, nous sommes environ 300, un petit comité. Le speaker lance le go et c’est parti… Rien de plus, rien de moins, nous nous élançons discrètement dans le jour naissant pour une journée qui promet d’être longue…très longue.
Les premiers kms sont les plus durs pour moi. Je suis un vrai Diesel…mentalement et physiquement et mets donc énormément de temps à rentrer dans la course. Mes neurones de l’imposture s’accrochent encore un peu mais je savoure tout de même le fait d’être dans l’action. 3 mois que je me projette sur ce foutu trail Sainte Victoire, c’est bon maintenant j’y suis. Camille galope rapidement devant et me laisse avec Rémi, qui m’accompagnera du début à la fin.
…et merde
…un bouchon
…je joue la barrière horaire moi, dépêchez vous

… ça y’est je suis derrière
… je suis la dernière
… pfff je n’y arriverais jamais
… pour qui te prends tu sérieusement
… j’ai fait la reco, ça devrait passer
… accroche toi, je sais que t’as le mental

« Rémi tu penses à quoi là ? »
« rien ? comment ça rien ? »
« comment ça t’admire le paysage »
« moi j’admire mes pieds. Et je pense »
…bin non moi je pense à plein de choses
…si seulement j’arrivais à mettre mon cerveau sur pause


… c’est pas comme si j’avais déjà passé la nuit à turbiner, il devrait être fatigué à la longue non
… apparemment non
… foutu cerveau
Trail Sainte Victoire

« alors la bloggeuse, c’est bien vous êtes parti doucement il faut savoir s’économiser, bon maintenant va falloir le finir pour nous faire un beau compte rendu »
…je lui dis que je ne suis pas partie doucement
…mais à mon rythme
…merde la pression
…si je fais un CR sur le Trail Sainte Victoire il promet d’être long
… il a intérêt à le lire de bout en bout

…magnifique ce paysage
…et ce lever de soleil

…comment ça on est perdu


…merde on les a suivis sans faire gaffe
…ah non mais moi je ne veux pas qu’on se rajoute des kilomètres là !

10 à 15km, à l’assaut de la Sainte Victoire

C’était la portion qui me faisait le plus peur. Pourquoi ? Déjà parce que c’était la seule que je connaissais… et que je savais donc à quoi m’attendre. Des parties escalades, de la crête bien technique, une montée qui te carbonise les jambes avec son 20 à 30% de pente. Bref mon vertige, mes petits cuissots et moi on l’avait catalogué comme LE passage difficile de ces 60kms. Sans oublier le vent, un zef à te faire décoller les tympans. Tout était fait pour transformer cette partie en traversée de l’enfer. Et pourtant…
… ok un pied ici, l’autre là. Première paroi easy
… t’enflamme pas trop non plus
… celle là par contre est hardcore je passe par où ?
… c’est vraiment pas une course pour les petites
… sympa ce passage pour les sub 1m60…
… ok ça passe c’est bientôt fini
… maiiiiis c’est quoi ce vent
… olalala la pauvre bénévole
« bon courage madame »
… la paroi la plus hard
…ça passe ou ça casse
… ça passe ou je crève

… réfléchis pas à ça
… qu’est-ce qu’il raconte le bénévole ?
…140km/heure
… comment ça ?
… je ne suis pas sûre de comprendre
… mais ça peut aller à cette vitesse un vent ?


… genre aussi vite qu’une Merco sur l’autoroute
…OK
…je vais m’envoler
…c’est sûr
…mon Oxsitis va faire parachute et je vais crever


…c’est une belle mort
…enfin quand même
…allez bouge tes fesses
Trail Sainte Victoire

…ok j’ai passé le plus dur
…enfin normalement

…on s’y remet
…mince la pauvre dame s’est blessée, mauvaise réception sur les parois
…les boules

… c’est quand même superbe ici
… je me ferais bien un petit pique-nique ici
… tranquillou

…ou pas !

…olala du sang
…merde fais gaffe, si tu peux finir avec ton nez entier

… youhou un peuuuu de descente !

Trail Sainte Victoire
Trail Sainte Victoire

22km – ravitaillement numéro 2 du Trail Sainte Victoire

… 50mn de marge sur la barrière horaire
… trop cool
… je vais peut-être le faire en moins de 12h finalement
… ne t’excites pas trop non plus

50mn de marge sur la barrière horaire, trop cool

24 au 28km – l’ascension du Pic des Mouches

Une fois la Sainte Victoire derrière moi et le premier ravitaillement passé en étant large sur la barrière horaire, mes neurones se sont un peu calmés. Je ne me visualisais pas à l’arrivée bien entendu mais j’avais passé la partie la plus technique. La deuxième grosse ascension était effectivement moins technique, sans escalade, mais longue, très longue et surtout marquée par ce vent constant qui épuisait le moral ! Pas après pas nous sommes tout de même restés sur un bon rythme et avons atteint le deuxième sommet !



…c’est donc ça
…mettre son cerveau sur OFF
…ok

…je comprends mieux
…mais c’esssssst quoi ce vent
…sérieux
…ras le bol
…c’est pas humain
…ok continue à ne pas réfléchir
…ça me décolle les bajoues
…sérieusement


…avance
…ah oui mais là je vais m’envoler
…ce n’est vraiment pas négociable
…ouf c’est fini
…c’est quoi cette descente de merde
…je hais les pierriers
…je hais le vent

Trail Sainte Victoire
…accroche toi
Alllll by myseeelf
…non mais vraiment
…pourquoi j’ai Céline Dion dans la tête

…pas maintenant Céline
…tiens encore des gouttes de sang
…c’est peut-être le même mec que le sang de toute à l’heure
…on va jouer au Cluedo à l’arrivée,
…qui a perdu du sang dans la montée du Pic des mouches

qui a perdu du sang dans la montée du Pic des mouches

…moi et mes idées à la con
…en même temps un Cluedo trail ça peut être top non
…surtout que c’est un super terrain pour commettre un meurtre
…entre ce vent de maboule qui masquerait les hurlements et le vide partout
…c’est idéal
…je pourrais peut-être écrire un livre là-dessus

…meurtre sur la Sainte Victoire
…le premier meurtre lors d’un trail
…l’arme du crime : un bâton
…le lieu : Pic des Mouches
…reste plus qu’à trouver le motif
…j’ai froid

Trail Sainte Victoire
…c’est moi qui vais finir par caner à cette vitesse
…ouf le sommet
…non mais là je fais du surplace
…j’en peux pluuuus du vent, je vais pleurer

… oh putain le vide…je m’envole  !

… ok un peu de descente
…chouette

Sur certaines portions j’étais à deux doigt de partir dans le décor. Quand tu es un format Polly Pocket et que tu te prends une bonne rafale qui t’embarque un peu trop près du bord je t’assure que tu te fais quelques frayeurs…mais bon le temps passe et tu n’as qu’une hâte…quitter le sommet histoire d’échapper un peu à ce foutu vent !

28km – 32km quand ton cerveau joue les jukebox

…ce vent me casse la tête
…et le mistral gaggggnant
…après Céline, Renaud
…super
…je débloque total


…remettez vous sur pause les neurones c’est mieux pour tout le monde
« pfff c’est plus de mon âge tout ça »
…tiens de la compagnie
« yen a marre de ce vent, c’est ça le mistral »
« ah non, c’est pas le mistral c’est le vent d’est »

32km à 37km – la course contre la montre

Après avoir lutté contre le vent et gravi le pic des Mouches…je pensais vraiment que le pire était derrière nous. Des sensations plutôt bonnes pour un 32km, toujours un peu de mental, la moitié la plus dure derrière nous… je savais que la route serait encore longue mais commençait à me dire que j’allais finalement y arriver. A courir ce 60km. Jusqu’à ce que… le chrono nous rattrape. Nous avions pourtant une bonne marge au ravitaillement précédent. Nous n’avons pas traîné sur les hauteurs, même si le vent nous a pas mal ralenti sur certaines portions. Bref difficile de se retrouver d’un coup pressé par le temps et de devoir accélérer sur des chemins assez techniques. L’adrénaline, la peur de ne pouvoir continuer plus loin à quelques minutes près…je n’ai jamais couru aussi vite et avec autant de rage que sur la descente qui menait au ravitaillement de Puyloubier. Malgré ce foutu vent qui continuait à me fracasser le cerveau, malgré la technicité de la descente et le risque de me faire très mal… tout d’un coup je suis passé en pilote automatique avec un seul objectif : arriver avant la barrière horaire.

« Camille »
« On est short sur la barrière horaire, il nous reste 50mn pour faire 5km »
…mais whaaaat
…attends je ne comprends pas

« on était large sur la barrière non ? on s’est pas arrêté ! Tu plaisantes »
« non »
…ça va 50mn pour 5km, ça fait du 10mn au kilo
…c’est pas les foulées de Vincennes grosse maligne
…10mn au kilo ça va dépendre du terrain
« il est comment le terrain là ? »
« ça monte jusqu’à l’oratoire, et après ça descend »
…c’est mort
…plié
…j’en étais sûre
…je suis nulle
…pas capable de faire un 60km, c’était sur
…oh salut Camille, merde ça va pas ?
…ma pauvre bichette
…allez go on se remotive et on y va
…on a 50mn

… mais c’est quoi cette montée intermiiiinable…
… on n’y arrivera jamais
… tchao la barrière horaire
… enfin on arrive à la descente
… c’est trop tendu
… trop technique
… poussez-vous les randonneurs

… à gauuuuche
… je te préviens Rémi, si on se tape la BH, moi je continue même son dossard
…rien à foutre
… je ferais 60km toute seule
…je m’en fouuus
… dépêche toi
… on ne va jamais y arriver
… tu n’aurais jamais dû t’arrêter prendre une story en haut
… est-ce que Kilian prend des story lui
… non
… il ne joue pas non plus avec la barrière horaire
… si t’avais remplie plus rapidement tes flasques aussi
… et fais moins de blagues dans les montées
… all by myself mon cul
… c’est mort pas la peine de te faire une cheville, tu ne l’auras jamais

… ce n’est pas possible
… tu ne peux pas rater ton trail à quelques secondes de barrière horaire
… dépêche-toi !

Oooooufffff… une arrivée pile poile à 14h30, charrette sur la barrière horaire donc. Mais quand même dedans. Le stress de ne pas pouvoir poursuivre, la rage d’avoir perdu du temps je ne sais où, je ne sais comment…je ne veux pas traîner aux ravitaillements. Il reste encore pas mal de kilomètres à faire et la fatigue se fait sentir !

37 à 43km – à l’Everest de ma vie

A partir du 37km le mental a commencé à en prendre un coup…au final nous étions très charrette sur la barrière horaire. Il fallait donc continuer, sans avoir le droit à l’erreur. Pas le temps de pleurnicher ni de se poser trop de questions, les 20 prochains kilomètres allaient devoir se faire au mental sans s’écouter.

Sur cette portion. Il a fallu faire face à deux coups durs… l’arrêt de ma Camille qui n’a pas continué, alors que nous l’avions retrouvé au niveau du 32ème km. C’est difficile de voir son amie abandonner par empathie, surtout lorsque l’on sait à quel point les 40 premiers kms étaient éprouvants.
De mon côté, je pensais le plus dur et le plus grimpant derrière…certes. Mais après 40km la montée amenant au refuge de Baudino ne m’a pas épargné. Moins longue que les grimpettes précédentes et moins techniques elle avait tout de même de sympathique portions de côte à 20%. Le mental s’accroche, les jambes avec mais la fatigue est là et mon cerveau se remet très vite sur pilote automatique. Je mange peu, j’alterne entre les gommes Stimium ou Powerbar, une par heure, mais je me suis peu alimentée depuis le début et je commence à ressentir une faim abyssale tout en ayant absolument aucune envie de manger.

Trail Sainte Victoire

… pfiou
… on a passé la barrière horaire de justesse
…allez on continue

« Remi, où est Cam ? »
…merde
…les boules
…coup au moral
…ok reconcentre toi
…focus
…aiiiiie
…mais j’en ai marre de me faire griffer
…j’ai un mariage dans 3 semaines
…raaaaaaaas le bol de ces singles avec des ronces
…Oh mon dieu j’ai faim

…genre faim
…comme un tonnerre de faim
…non je ne peux pas manger
…ça me dégoûte

…ok un bout de Snickers
…j’en peux plus
…je suis vidée
…au bout de ma vie
…je dirais même au point culminant du bout de ma vie
…à l’Everest de ma vie
…pourquoi j’ai toujours des idées à la con
…c’était bien le marathon comme course
…2 arrêts de métro, le brunch avec les copains à 14h
…parfait
…et non
…toi t’es là dans ta caillasse
…à te taper 8h de blablacar et une tornade à 140km/h pendant 12 foutues heures
…et encore t’es gentille, si t’y arrive
…si tu continues à chouiner t’auras fait tout ça pour rien
…ah non je n’ai pas fait 8h de blablacar pour rien
… accroche toi

43km ( refuge Baudino du Trail Sainte Victoire) – 49km

C’est le moment critique. Tu tiens le bon bout, le plus dur est clairement derrière toi. Mais après 9heures de course et la pression de la barrière horaire le mental flanche. L’abandon n’est plus du tout une option je veux le finir. C’est non négociable. Mais je passe mon temps à checker le chrono pour être sûre de le finir…dans les temps ! Heureusement Mike nous rejoint et apporte un peu de motivation fraîche à notre duo qui fatigue. Il y croit, est déjà fier alors que moi je finis par me mettre dans un autisme automatique…j’avance, je ne réfléchis pas, je percute à peine, j’avance, je ne réfléchis toujours pas.

Trail Sainte Victoire

…Ooooh mike
…coach mike

« tu fais une super course, je suis trop fier »
…calmos je ne suis toujours pas arrivé, t’enflamme pas le coach
…toujours charrette sur la barrière horaire
…ras le bol de cette barrière horaire !!!!!!
« mouais »

« mange un peu »
… noooon je peux plus manger
« Un petit truc »
… j’ai envie de rien
…si j’ai envie d’une pizza

…j’ai perdu un ongle de pied
…je le sens qui se balade
…je suis une vraie traileuse ça y est
…si ça se trouve je vais enlever mes chaussettes pleines de sang à l’arrivée

« quand elle fronce les sourcils et contracte les épaules comme ça c’est pas bon signe »
… c’est de moi qu’il parle là
… non mais vraiment

… montée
… descente
… bientôt les 10 derniers kilomètres

49km – 58km

17h30, je n’ai pas perdu plus de temps sur la barrière horaire mais je suis toujours limite. 10h30 que je cours, je n’ai plus vraiment la notion du temps, je sais juste qu’il faut que j’arrive enfin à bout de cette épreuve. Je n’ai plus d’énergie mais impossible de manger, je bois un peu. Et surtout je continue à avancer. J’ai 1h30 pour faire 10kms, ça peut paraître large mais il reste quelques portions compliquées et je trottine lentement, mais sûrement.

Je n’ai qu’une peur c’est d’arriver trop tard, à 19h10 et de ne pas être dedans. C’est stupide, puéril. Quoi qu’il arrive je l’aurais fait mon beau défi mais si j’arrive après la barrière horaire peut-on vraiment dire que je l’ai fait dans les règles de l’art ? Déjà que je suis bonne dernière alors autant sauver les meubles. Je n’ai plus de notions des kilomètres, de distance. Ça me paraît incroyablement long, Mike me dit qu’il reste seulement 1 kilomètre. Interminable.

Et soudain un bénévole, « il reste plus que vous, ok on vous attend ». Je suis soulagée. Je vais pleurer. Non il faut s’accrocher jusqu’au bout. On retrouve petit à petit Rousset, le bitume annonciateur d’arrivée. Et tout d’un coup je les entends. C’est mon comité d’arrivée, une haie d’honneur. Il n’y a plus d’arche, je le vois de loin. Merde je suis hors délai ? Tout s’embrouille. Je cours depuis 11h55 et tout d’un coup paf j’y suis. Tout ça pour revenir au point de départ. Une journée entière, beaucoup de pensées, beaucoup de fatigue, un dernier pas et bim c’est fini. Pas de pleurs, peu d’émotions, je suis simplement vidée et incapable de réaliser tout ce qui s’est passé.

Tout le monde est content, j’ai juste envie de prendre une douche

Tout le monde est content, et moi j’ai juste envie de prendre une douche et de me mettre en PLS sous ma couette. C’est bizarre comme sensation, cette impression d’être hors du temps et de l’action, comme si tu regardais le film de l’arrivée de quelqu’un d’autre tout en étant totalement détachée de la liesse environnante.

L’après trail Sainte Victoire

7 jours plus tard…j’ai toujours du mal à réaliser. Le retour au quotidien s’est fait rapidement. Je ne veux pas en faire non plus des caisses. J’ai simplement couru 60 kilomètres, pardon trottiné et marché 60 kilomètres. Je n’ai pas sauvé le monde ou torché un Ironman. Il ne faut pas déconner … mais petit à petit je commence à revivre cette expérience et à prendre du plaisir. A me souvenir des passages compliqués dont je suis venu à bout. De ces montées interminables. De ce vent horrible qui a entrechoqué mes neurones pendant presque 12 heures. Ce plaisir dans l’action a vite laissé place au stress de cette barrière horaire qui m’a poursuivie pendant près de la moitié de l’épreuve.

Alors après quelques jours je suis très heureuse de te dire que j’ai adoré cette expérience. Qui m’a appris beaucoup et va me permettre d’apprendre encore pendant quelques temps. Je l’aborde avec autant d’humilité maintenant que je l’ai fini qu’avant de l’avoir commencé. Humilité pour plusieurs raisons… parce que la particularité du trail c’est souvent de nous remettre à notre place, petits humains face aux éléments. Et face au vide, aux bourrasques de vent et aux montées dantesques cela fait du bien de se rappeler que l’on n’est pas grand-chose au final dans cette immensité. C’est une des raisons pour lesquelles j’adore la montagne. Et la nature.

Humilité aussi parce je finis oui. Dernière. Avec un classement de 311/311. Alors oui je suis aussi 25eme nana/25. Oui j’ai déjà fait plus que les ¾ de la population française en ce dimanche 8 avril. Oui je peux être fière de ma prépa et de m’être accrochée jusqu’au bout, d’avoir dévalé des pentes techniques comme jamais et d’avoir tenu au mental pendant 11h55. Mais, parce qu’il y a un mais, cette épreuve marque avant tout le début de mon apprentissage. J’ai été gourmande en voulant sauter le pas et m’attaquer à un 60km très technique, et ai surtout mal anticipé la technicité du terrain. Cela me donne avant tout une très très bonne leçon et la niak pour m’améliorer !
A 29 ans, je cours depuis 11 maintenant, je me passionne pour le trail depuis 2 ans. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre, de technique à acquérir, de terrain à découvrir… Je sais dorénavant que mon mental peut m’amener loin, et qu’il va falloir travailler toujours plus le reste afin que le physique suive.

Le trail Sainte Victoire en résumé

Outre mes petites péripéties et mes états d’âmes…ce que tu dois retenir du trail Sainte Victoire c’est :
– une très bonne organisation, balisage, chronométrage, ravitaillements…
– un parcours sublime, de beaux paysages
– mais technique… entre pierriers et escalade, c’est un trail très très technique
– plusieurs distances 5,13, 36 et 60km
– une ascension un peu vertigineuse sur la Sainte Victoire
…un trail que je referais avec plaisir, histoire de prendre ma revanche dans quelques années !

La vidéo du trail Sainte Victoire :

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 187 articles sur le Blog.

32 Comments

  1. Camille Courtenvert says:

    Très très contente que tu sois arrivée à bout de ce trail ! Il était magnifique, je suis heureuse de t’avoir suivie dans ta folie de prendre ce dossard même si ça m’a coûté une cheville (entre autre, mais du coup j’y retourne en 2019 moi ahah) ! Et un immense merci à Rémi pour son soutien, tu avais un lièvre en or !
    Encore bravo 😊

    1. Cam Dewoods says:

      Olalalala je serais presque tentée d’y retourner en 2019! Très contente que tu m’aie suivit ma biche, j’aurais préféré qu’on finisse cette course ensemble, ou que tu continues à galoper très loin devant moi! Mais je suis sûre que l’année prochaine tu lui feras sa fête à la Ste Victoire et j’ai hâte de voir ça ! Bravo à toi !!!

  2. Rosy_lgd says:

    Épatante, tant dans l’effort que dans l’humilité. 💚

    1. Cam Dewoods says:

      Oooh merci beaucoup ! ça me touche 😀

  3. Lauréline says:

    JE SUIS TELLEMENT FIÈRE DE TOI !

    Vraiment. Je te le répéterai jamais assez mais tu es une sacré warrior. Meuf, t’as fais un trail de 60km. 60KM QUOI. T’as fais de l’escalade, t’as fais de la bonne grimpette, des descentes de ouf avec un vent qui te cinglait les oreilles PENDANT 12H. Mon frère dort pendant ce temps là. Le commun des mortels a le temps de se faire un marathon Netflix.

    Alors ouais, dans le monde des bisounours d’IG, il faut toujours faire plus et on a tendance à minimiser les exploits tel que le tien. Parce que faire un semi c’est déjà dingue (regarde dans ton entourage, à part tes potes de run, t’en connais beaucoup qui courent des semi?), faire un marathon c’est ouf MAIS FAIRE UN TRAIL DE 60KM c’est même pas dans ma to-do list tellement ça me semble impossible xD

    A 29 ans (puahaha la vieille :p), t’es un sacré bout de nana. Une vraie motivation au quotidien, je vais penser à toi dimanche prochain, c’est sûr mon p’tit Lindor 🙂

    1. Cam Dewoods says:

      Mais qu’est-ce que je t’aimmmmme ma bichette ! tellement adorable ce commentaire qu’il me met les larmes aux yeux. Je crois que tu arrives à plus te rendre compte et à être fière que moi au final …alors que j’y étais ^^ merci beaucoup pour ton soutien, avant, pendant, après ! C’est fort de savoir que tu crois en moi à chaque fois comme ça, ça me touche beaucoup! Pleins de bisous…

  4. Camille says:

    Bravo Camille ! Très sympa à lire ton compte-rendu, tu as su transmettre le stress de la BH que tu as eu. Je ne sais pas si un jour je m’élancerai sur des trails d’une telle ampleur mais ça donne envie lorsqu’on lit ton CR.

    Encore bravo Camille pour ton défi réalisé 🙂 Alors c’est quoi ta prochaine folie ?

    1. Cam Dewoods says:

      Merci Camille (echo echo) ! Oooh après ce joli marathon je ne doute pas que tu ailles encore un peu plus loin dans tes aventures ^^ bravo à toi, tu as vraiment assuré !
      Bonne question…mon prochain défi je commence à y réfléchir mais pour l’instant je n’ai pas encore d’idée précise !
      Bisous !!

  5. David TORRES says:

    Bravo pour ce 1er très gros défi ! Je vais tenter d’en faire autant cet été avec humilité, prudence et envie. Merci pour ce retour d’expérience !

    1. Cam Dewoods says:

      Hello David, merci à toi pour la lecture et ce gentil commentaire ! Quelle course prépares tu cet été?

  6. Alinette says:

    Tellement bon ce CR…Tellement de choses à dire en réponse…Alors que vais construire mon comm comme ton article et commencer par le plus important (si jamais tu ne lisais pas jusqu’au bout ;): B.R.A.V.O !! Franchement tu dépotes, tu assures, tu déchires, je ne sais pas comment le dire autrement!

    Et sinon en vrac:
    – mon dieu ce vent…entre ton CR et celui de Camille, j’ai l’impression de l’avoir qui me souffle dans les oreilles
    – si un jour tu trouves un Cluedo Trail tu m’appelles. Je suis trop fan de l’idée. (et sinon si tu n’as pas encore lu « et si tout s’arrêtait là » de Mélanie Vallier, je te le conseilles. Il y a un passage qui me fait flipper à chacune de mes courses maintenant!)
    – Kiki il fait des facebook live au départ alors tu peux bien faire des stories au sommet
    – les BH je trouve que ça ajoute encore plus d’émotions aux courses. J’ai flirté avec celle du SparnaTrail (terrain beaucoup moins technique), et quand j’ai passé la dernière j’étais euphorique et j’avais envie d’épouser tout le monde. Surtout les serre-files (tu n’en avais pas? en général ils sont sympas et boostent bien)
    – l’Humilité…ce que j’aime le plus dans ce sport. dans le trail encore plus, mais dans la course à pied en général. c’est aussi ce qui ressort de mon CR du marathon…fierté et humilité. Mais c’est aussi pour ça qu’on aime ça non?

    1. Cam Dewoods says:

      Olalalala ce commentaire du feu de dieu ! j’adore ! fais gaffe tu vas finir par écrire plus de parpaing que moi ! Un grand merci, énorme, aussi gros que la Ste Victoire pour cette gentillesse et ces mots qui me touchent ! j’espère que ça souffle moins dans ta tête après quelques heures quand même ^^^
      – je n’ai pas lu ce livre et ça m’a l’ai pas mal, je note !
      – Et non je n’avais pas de serre-files ! je t’avoue que j’aurais bien aimé rester avec quelques dizaines de minutes sur la BH histoire de pouvoir souffler 2sec ou simplement faire une pause pipi sans avoir l’impression de perdre la partie . Mais bon c’est le jeu la prochaine fois je veillerais à être plus entraînée et meilleure sur cette gestion !
      – Et oui je confirme…finalement on aime ça parce que cela nous pousse toujours plus à nous dépasser mais aussi à faire preuve d’humilité parce que peu importe à quel point on se dépasse…au final on peut toujours mieux faire #jeanmichelphilosophedulundi

      Encore un grand merci et des bisous !

      1. Alinette says:

        <3

  7. Ptitemandarine says:

    Je ne sais toujours pas comment tu as fait… Un grand BRAVO !!! 😄😄
    C’est impressionnant d’avoir tenu avec ce vent, ces cailloux, l’escalade.. Et le stress de la BH ! Tu as un sacré mental de guerrière !!!

    Bon repos à toi maintenant et bravo encore pour ta course et ton CR où j’ai vécu une partie de tes doutes et tes questions pendant ton trail. Je me suis bien imaginée ta lutte intérieure..

    Bon courage pour cette nouvelle semaine ma belle 😘

    1. Cam Dewoods says:

      Oooh merci ma belle Marine ! Je commence à me dire qu’effectivement mon mental compense la taille de mes jambes ahah ! mais le tien aussi …tu as tellement géré sur le marathon tu peux être fière de toi !
      J’espère que tu récup bien, je te fais pleins de bisous

  8. Charlène says:

    Magnifique compte rendu ! J’en avais presque des bourrasques de vent dans les oreilles pendant la lecture, même depuis sous ma couette 😅

    Et ce mental d’acier, c’est impressionnant !
    Tu peux être super fière de toi, et ne laisse pas ces mauvaises pensées gâcher ton plaisir ou tes souvenirs ! T’es une warrior alors ne te sous-estime pas !

    Je suis tombée amoureuse de la montagne aussi pour ça : en plus des paysages grandioses et magnifiques, cette capacité à te rappeler qui tu es, te ramener direct à ta place, te faire profiter du moment présent et te rappeler la beauté de notre planète… ça sonne moins bien dans ce commentaire que dans ton récit mais je partage complètement ton point de vue ! Ça fait du bien une petite piqûre de rappel de l’importance de rester humble 🙂

    Et préviens nous dès que tu as déposé le brevet du Cluedo Trail ! Ça me tente grave ce jeu 😅

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Charlène,
      Ahah je vais peut-être creuser ce principe de Cluedo trail, si j’ai déjà une cliente … la fortune n’est peut-être pas loin ^^
      Merci beaucoup pour ton petit mot, qui me touche énormément ! Je prends la mesure petit à petit du défi que j’ai réalisé et finit par être ENFIN fière de moi !
      Ça sonne tout aussi bien dans ce commentaire que dans mon récit je te rassure, entre amoureuses de montagne on se comprend t’inquiète !
      Encore merci à toi
      Bizzz

  9. Cha vavite says:

    C’est rare que je lise les CR Mais je me doutais que le tien serait particulièrement bien ficelé! J’ai adoré le passage parachute avec ton oxsitis et cette histoire de sang transformée en Cluedo géant! Bref, tu as une sacrée imagination… faut pas qu’on fasse un trail ensemble parce qu’entre tes idées et les miennes, ca peut partir loin! 😂
    Bravo! Pour ta détermination, ta passion et ton humilité! Flirter avec les BH ce n’est pas marrant Mais ca à le mérite de rendre ton arrivée encore plus méritante! Chapeau! Et à bientôt!

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Charlotte !! ahah merci, et encore le vent et la fatigue auront finalement eu raison de mon imagination sur les derniers 20kms puisque c’était le ko technique ! Avec plaisir pour un futur trail, mais tu connais mon niveau, je flirte plutôt avec la fin de peloton donc on risque d’avoir un petit problème ^^
      Merci beaucoup, la prépa n’a pas été facile compte tenu de mes autres enjeux personnels, mais je suis heureuse de l’avoir terminé et j’ai hâte de me perfectionner !

  10. Greg says:

    Super CR Camille !!! Un grand bravo pour cet accomplissement de toi-même. On apprend beaucoup sur ce genre de course, tant sur le plan sportif que personnel. Merci pour la sincérité de ton partage. Remets toi bien.

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Greg ! Merci beaucoup, c’est très gentil. Je confirme avec un peu plus de jours de repos maintenant c’est fou ce qu’on apprend sur soir…je n’ai qu’une hâte, recommencer (mais j’évite de trop le dire, sinon ma mère risque de faire une syncope) .

  11. Patricia Cabanel says:

    Bravo!
    Pour moi aussi c’etait mon 1er 60km😁 Avec ce vent on a du mérite. Ton recit m’a rappelé des choses… C’est la 1ere fois que j’ai ete obligée de m’arrimer quelque part en courant !!!
    Tu n’es pas vraiment dernière il y a eu 32 abandons😉 Bravo!

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Patricia ! Bravo à toi 😀 C’est clair, c’était infernal et tellement fatiguant sur certaines portions…on a du mérite !! Quoi de prévu pour la suite?

      1. Patricia Cabanel says:

        Oui on a du merite💪
        En mai un rando trail de 4 jours en itinerance seule ou avec un ami.
        Le trail des maures debut juin a confirmer.
        De sûr l’echapee belle ( parcours 57km et 4000m d+) fin aout c’est mon 2° objectif de 2018 avec la ste victoire

  12. Patricia Cabanel says:

    Au fait as tu vu une certaine margo on a courru ensemble 12 km et après on a fait bande à part? Elle n’est pas classée. Elle était stressée par les passages techniques? Une fille assez petite avec les cheveux courts.

    1. Cam Dewoods says:

      ça ne me dit rien, j’ai croisé une femme avec des bâtons et une tenue rouge il me semble et je l’ai dépassé, une autre qui s’est blessé sur la montée de la Ste Victoire et après je n’ai vu personne…

  13. Mister X says:

    Hello Cam,

    Je suis Jean-Baptiste, alias Mr X . Ah ben voilà, génial, j’ai mon compte-rendu, tu es arrivée au bout ! Aussi drôle que d’habitude et plein de vie et d’émotion ton post. On revit a posteriori ce très bon moment de trail. Te voilà prête pour du plus lourd, passé 10h, ce n’est plus que du mental et ça tu n’en manques pas ! D’autant que tu as fait plus difficile que ce que tu crois parce que ces petits coquins d’organisateurs se sont plantés sur le dénivelé : c’était 3700 D+ plutôt que 3000 argh… (confirmé par beaucoup de trailers). Et tu trouveras difficilement plus technique et plus cassant pour les gambettes que ce trail (plus venteux non plus ) hormis peut-être le Restonica Trail en Corse. Bon, désolé pour le plantage de route et la rallonge kilométrique, on a également suivi comme des bourrins celui de devant.
    Au plaisir de te croiser à nouveau sur un trail !

    Jean-Baptiste

    1. Cam Dewoods says:

      Salut Jean-Baptiste,
      Trop contente d’avoir retrouvé mon Mr X !!! Je suppose que vous avez fini haut la main ? Non sérieux…3700 !! ça ne m’étonne pas vraiment, sur la fin j’avais l’impression de m’être tapé le Kilimandjaro ^^
      Merci beaucoup pour ton commentaire et surtout pour ce gentil mot, ça m’a bien changé les idées et reboosté sur le moment !
      Au plaisir !

  14. Sophie.bdrx says:

    Genial j’ai adoré lire ce compte rendu ! Et une chose est sur ! Pas aujourd’hui ni demain mais un jour je comote bien faire ce 60 km !!!
    Bravo à toi en tout cas

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Sophie ! Merci beaucoup 😀 ahh je te le conseille … ça demande pas mal de prépa mais c’est superbe !

  15. FITNESS | Première édition du Fitness Music Festival – Cam Dewoods says:

    […] Oooh mon dieu, ça y’est, les bourrasques de la Sainte Victoire l’ont changé, elle se transforme en #fitgirl, va finir par nous faire des story protéinées et […]

  16. MÉDITATION | Ma gymnastique mentale quotidienne avec Namatata says:

    […] tsunami de pensées contre productives. Je suis par exemple un vrai Diesel sur course et passe les premiers kilomètres à me battre contre un flux de pensées […]

Leave a comment

Your email address will not be published.