INTERVIEW | Clémence aka Cours lolita cours, la lyonnaise au grand cœur !

Posted on

Clem, je l’ai réellement connu lors de ma petite escapade sur la SaintéLyon. Pour venir encourager une copine qu’elle ne connait ni d’Eve ni de Lyon, à 4 heure du matin, dans le froid lyonnais, Clémence est ce qu’on pourrait appeler une belle personne. La générosité de mère Thérésa couplée à la blondeur de Pamela…un vrai remake de Karembeu pour la Croix Rouge.

Rectification. Pour venir encourager ET loger ladite copine, croisée au gré de quelques hashtags qui s’est lancé sur la SaintExpress du haut de ses 3 pommes… Clémence bat Karembeu ! K.O totale, le choc des blondes est sans appel.
Bref tu l’auras compris, Clémence est blonde, mais surtout très sympa ! Pas sympa du type « elle est bien brave » sympa ascendant Lorie, ma meilleure amie. Le cœur sur la main et les chaussettes au pied elle aime partager sa passion que dis-je ses passions…mêlant sport et art, pédalant, nageant, courant…elle saura te donner du peps et surtout gardera le smile, en toutes circonstances!

Découvre ou redécouvre notre Lolita lyonnaise

Prénom : Clémence
Age : 33 ans
Particularité : Une tâche de naissance juste au-dessus du popotin
Présente-toi quelques mots : optimiste – rêveuse – déterminée

Avant de parler sport, dis-nous en plus sur ton parcours. Tu as tenu une galerie d’art…je trouve ça génial. Tu as maintenant un métier en lien avec le sport…qu’est-ce qui explique tous ces changements?

J’ai un parcours un peu atypique j’avoue. Après le bac je suis partie à Paris, j’avais 17 ans et demi. Je partais pour réaliser mon rêve : rentrer en école de théâtre, aux cours Florent. Pendant 10 ans, j’ai jonglé entre petits boulots, pièces de théâtre, petits tournages… Ensuite je suis rentrée une année chez moi en Haute-Marne pour me ressourcer un peu avant d’avoir un gros coup de cœur pour Lyon. Depuis plusieurs années j’avais découvert le Street Art, et j’ai eu l’envie de me lancer dans un projet personnel : ouvrir ma propre galerie d’art. Ce que j’ai fait…c’était fou certes, mais je suis comme ça…quand j’ai une idée en tête… je veux aller au bout pour ne jamais rien regretter. Aujourd’hui je travaille chez Décathlon, et pour le moment je me sens plutôt épanouie.

je veux aller au bout pour ne jamais rien regretter

Est-ce que tu nous réserves de belles surprises cette année, hors sport ?

Pour le moment je ne suis pas encore au courant mais j’adorerai pouvoir vous annoncer de jolies surprises en tous cas. Nan ni mariage ni bébé ! Je n’ai pas encore trouvé l’homme parfait 🙂

Revenons à ton cursus sportif…comment t’es-tu mis au sport ?

En fait de 2010 à 2015 j’avais pris pas mal de poids. Je ne rentrais plus dans mes jeans, je ne me mettais plus en maillot sur la plage…bref. Un jour un de mes collègue m’a parlé du TBC de Sonia Tlev. Un programme sportif basé sur le renfo et le cardio. Je me suis dit « allez »! Me connaissant je ne pensais pas tenir le programme sur les 12 semaines et finalement…voyant les résultats assez vite, j’ai tenu jusqu’au bout. J’ai perdu 13 kilos, et j’ai découvert que j’adorais faire du sport.

Quels sports ? Et quel sport de prédilection ?

La course à pied a été une véritable révélation. J’adore le fitness en complément. Et depuis l’année dernière, j’ai ajouté la natation et le vélo pour me lancer sur des épreuves de triathlon.

Finalement. Tu ne cours pas depuis très longtemps ! Et tu as déjà de super chronos ! Comment fais-tu ??

Je ne sais pas trop si on peut dire super chronos mais en tous cas j’ai fait des gros progrès. Tout ça grâce à des sorties régulières, et surtout au plan d’entraînement que l’on me fait. Les sessions de fractionné, l’endurance fondamentale, le dénivelé pour les trails…il n’y a pas de secrets ça fait progresser.
J’ai commencé l’athlétisme en septembre 2017 et j’ai senti une grosse progression suite à cela. Malheureusement je me suis blessée peu de temps après…

Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

Je crois que mon plus beau souvenir sportif a été le cross du Mont-Blanc, avec 23 kms et presque 1900 de D+. C’était mon second gros trail mais celui-ci a été magique. C’était dur mais quelle vue à l’arrivée.

Défi de 2018, le 70.3 de Vichy ! Comment le sens tu ? Pourquoi tu t’es inscrite ? Comment vas-tu gérer ta prépa…Dis-nous tout !

Alors….comment je le sens ? Honnêtement bordel… je meurs de trouille. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Mais j’aime bien les défis. J’ai toujours été comme ça. Pour les boulots, les changements de vie, ça me prend d’un coup et je le réalise. Je suis très… spontanée et un peu tarée je crois.
Mais la vie je la vois comme ça… j’espère que j’irai au bout, je vais m’en donner les moyens.


Je me lève parfois à 5h pour être dans l’eau à 6h et nager. Il y a 2 ans en arrière si on m’avait dit ça j’aurais rigolé !
Ce qui me fait le plus peur c’est le vélo. Mais je vais bouffer de la route et du Home Trainer.
Je sais que des gens comprendront pas, ou diront que c’est trop tôt pour moi peut-être…que je n’arriverai pas au bout…mais sincèrement je m’en fiche. Je veux vivre la vie à fond les ballons. Si je vais au bout tant mieux. J’espère ! Mais au moins je n’aurais pas de regrets encore une fois…demain il peut nous arriver n’importe quoi. C’est ma vision des choses.
Le corps est une formidable machine. Je vais tenter de lui faire confiance et le faire travailler.

Le corps est une formidable machine.

Le sport est devenu une partie intégrante de ta vie, une habitude ancrée dans ton quotidien. Comment as-tu fait lorsque tu as été blessée pour tenir ?

Oui le sport fait maintenant partie intégrante de ma vie. Je suis toujours blessée…et sincèrement ça commence à devenir difficile. Au début j’ai sincèrement déprimé.
Surtout que c’est arrivé quand les progrès que je faisais devenaient visibles et que je me sentais bien.
Ensuite j’ai appris la patience et heureusement avec la natation et le vélo j’ai évité le manque.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ta blessure ? et comment tu t’es soigné petit à petit ?

En fait j’ai une tendinite du long fibulaire. Dû à un surentraînement je pense.
J’ai passé radio, IRM et j’ai vu un médecin du sport. Nous avons pratiqué de la mésothérapie.
La blessure est toujours là, je vais faire un peu de cryothérapie à corps entier et des séances de kiné.

Parlons insta un peu, ça veut dire quoi ton pseudo ? Cours lolita cours ? Dire que j’ai cru que tu t’appelais Lolita pendant des mois…

C’est drôle car finalement aujourd’hui j’ai les deux prénoms ! Mes connaissances d’insta vont m’appeler Lolita 🙂
Alors pour la petite histoire… depuis le lycée je suis super fan du film d’Adrian Lyne « Lolita ». Qui est un remake de celui de Kubrick. Je l’ai vu des dizaines de fois et je ne m’en lasse pas!
J’adore ce prénom… je me suis toujours dis : si un jour j’ai une mini moi je voudrais l’appeler Lolita. Ce qui n’est pas très gai d’ailleurs car c’est « douleur » en espagnol haha.

Du coup quand j’ai créé mon compte Insta, je ne voulais pas forcément que des gens que je connaisse me retrouve, je ne voulais pas mettre « clémence », j’ai donc mis « Lolita_tbc » qui s’est transformé en « Cours_lolita_cours » forcément 🙂 C’est devenu plus d’actualité.

Pourquoi ressens-tu le besoin de partager ton quotidien sportif et tes dossards sur instagram ?

Au départ c’était vraiment pour trouver une motivation. Il y avait une grosse communauté TBC sur insta.
Ensuite, mon feed a commencé à changer, je me suis plus orientée course à pied, donc c’est devenu du partage. Je recevais des messages comme quoi je motivais des gens. Je trouvais ça trop cool alors j’ai continué. Je m’en sers pour passer des messages, et j’essaye de garder une positive attitude (cf Lorie) ^^

On finit sur quelques questions sportives…

Tes plus grands challenges, sportifs ou non en 2018?

L’Half Iron Man de Vichy !

Et ton ou tes meilleurs supporters pour aller jusqu’au bout du bout…

Ma famille, mes amis. Ils me donnent une force de folie quand ils viennent en tant que supporters.

C’est quoi ta tenue préférée ?

Ma jupette short de chez Cimalp avec un de mes t-shirts souvenir de course que je ressors à chaque entraînement.
Et mes baskets Hoka One One.

Et ton doudou nutrition pour carburer avant ou pendant un run ?

J’adore les petits bonbons Powerbar au coca pendant un gros trail.

Ton plus gros dossier sportif, une anecdote bien croustillante :

Au 10 kms de Corbas, il faisait super chaud ! J’avais un peu forcé, je voulais bien faire, je voulais faire un bon chrono. Quelques mètres avant l’arrivée, j’ai eu soudain envie de vomir. Je me suis dit « Clem c’est ou tu ralentis ou tu fais un sprint de fin et tu vomis ». J’ai donc décidé de ralentir un peu mais quand j’ai eu passé la ligne j’ai un peu vomi mais j’avais tellement honte devant tout le monde que j’ai tout ravalé ! Uhmmm c’est glam n’est-ce pas ?

 

Un petit mot à rajouter avant de se quitter ?

Never give up

Retrouve toute l’énergie et le mental de winneuse de ma Clem sur son profil insta 

Et si tu veux faire partie de mes prochains coup de coeur, envoie moi un petit message !

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 191 articles sur le Blog.

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.