Aller au contenu

10km Paris Centre de Nike avec G.I Joe

Un cliché  valant parfois mieux que de longs discours libre à  vous d’admirer l’énergie positive et le sentiment de plénitude immortalisé. Paix intérieure, short remontant et position de moine tibétain, je n’osais rêver mieux .

Magnifique photo du 10km Paris Centre de Nike !

Pour celles et ceux qui ne veulent pas seulement mater mes cuissots de l’espace et mon chrono un petit bilan de ma course :
6h30 heure du crime. Celui de devoir se sortir du lit, un dimanche, pour aller se peler le popotin dans un SAS…Celui où toutes les raisons sont bonnes pour mettre fin à ce masochisme matinal, de l’excuse météorologique à la victimisation bienveillante.

Bref 6h30 du mat’, même topo pour moi que pour les 15 000 pinpins qui n’ont pas grand-chose de mieux à faire de leur jour dominical. Avec cette-fois néanmoins quelques arguments de poids pour me faire avaler rapidement mes tartines « pacer –  accès VIP au village et T-shirt floqué la veille ( à 5€ le flocage faut rentabiliser ma fille).   

Bonne humeur matinale sur le 10km Paris Centre de Nike … 

Un peu de retard au compteur, le temps de répondre à la question existentielle “short or not short” et je me retrouve en un coup de métro sur ce magnifique village privatisé rien que pour nous. Nous = les pacer et leur petits protégés. Il n’y a pas à dire Nike sait y faire, petit dej exclusif, consignes privées … Sentiment de privilège extrême, compensant presque pas ma mauvaise humeur matinale frigorifiée !

Petite rencontre avec mon pacer, qui aura donc le privilège de nous « tirer » ( mot compte double) moi et deux autres jeunes demoiselles visiblement plus réveillées et fraîches . Approche subtile et rayonnante de ma part «  Hello. Je vise 50’ mais j’ai arrêté le fractio, je suis en prépa trail et de toute façon j’aime plus le bitume ». Ça s’est fait !

10 KM PARIS CENTRE - Nike

On se met sur la pointe des pieds ni vu ni connu…

Ce qui est sûr c’est qu’on nous a attribué le nec plus ultra, la Rolls Royce du pacer ! Un vrai lièvre de compétition, qui nous fait un échauffement total à base de PPG, squat et co. Tout ce que j’ai royalement la flemme de faire en temps normal, trop occupée à faire une pause pipi ou papoter avec mes gonz.

L’heure du SAS…

Même si on se marrait bien avec Tomtom, notre G.I Joe de l’échauffement, l’heure du SAS a sonné ! Un peu compliqué, surtout pour une polipocket, d’atteindre l’entrée. Ca joue des coudes, ça bouchonne, bref en cas de fin du monde évitons de faire appel à Nike pour la gestion des flux. Mais bon le parcours ayant changé en last minute on a rien vu, continuez à mettre des virgules un peu partout on aime ça.

…et c’est parti pour le 10km Paris Centre de Nike !

Top départ ! Premiers mètres je suis au top de ma forme, cool raoul. Le rythme est sympa finalement, ça bouchonne un peu une très bonne excuse pour y aller mollo. Et là, G.I Joe se retourne « va falloir accélérer les filles on est pas dans le tempo ».

NO WAY !

Ok, j’ai suivi. Quitte à enfiler mon plus beau short je ne lâche pas sur le premier kilomètre. Le rythme s’accélère, mes pensées négatives aussi, et les kilomètres défilent. Puis les mètres. Plus on avance plus j’ai du mal à me rappeler ce que je fous là, les jambes en feu, à suivre un parfait inconnu qui veut ma mort.


Les deux autres pacées ont eu la bonne idée d’exploser avant moi depuis un bout de temps, je suis donc officiellement avec un Personal Pacer, promotion fulgurante. Qui a visiblement décidé de me faire exploser le chrono de 50’.


Bon du coup ça me remotive… si je passe sous la barre des 50 ça changera certainement la face du monde et en bonus j’aurais définitivement mérité mon brunch #courirplusvitepourmangerplusvite.

La deuxième partie est une tannée. Défilé de souterrains, besoin de relancer – de plus en plus mollement –  parcours pas sympa. Heureusement G.I est là et donne tout pour me motiver !

La tentation de marcher est là, toute proche. Foutue tentation.

On s’accroche, enfin je m’accroche vu que pour lui c’est son footing du dimanche, le 7ème kilomètre est le plus dur, les derniers s’enchaînent au mental.

Coach Matthieu nous rejoins sur les derniers mètres pour me hurler dessus. « C’est la fin, donne tout…sprinnnt ».

Euh non, merci.

Ok j’accélère. Pour la photo. La postérité. Et pour coach Mathieu, pour G.I . Je donne tout pour passer triomphalement, poumons au vent cette foutue ligne d’arrivée. La foule est en délire, je serre des mains, on m’acclame. Un moment historique.

L’arrivée du 10km Paris Centre de Nike, toujours un bonheur 

Le meilleur moment ! Quand c’est finiiiii ! Aussi stupide que de dire qu’au restau la meilleure partie c’est l’addition, ou le générique de fin au ciné. Mais courir ça rend con c’est bien connu.

Le moment surtout de manger. Manger manger manger. Certainement pas 5 fruits et légumes, j’ai couru un 10km moi monsieur, je peux me jeter tranquillement sur le muesli / fromage blanc du ravito VIP.  Une petite photo souvenir, histoire d’immortaliser mon G.I Joe, mes 30cm en moins et mon air hagard et c’est plié !

Le 10km Nike Paris Centre en bref :

10km c’est long !! On l’oublie trop souvent, mais c’est 10km quand même…

Avoir un Pacer c’est génial. Si c’est G.I Joe c’est encore mieux

– Le pack Nike est toujours aussi stylé ! T-shirt bien coupé, médaille canon. Ça change des trails de bab el oued fournisseurs officiels de pyjamas

– Il fait froid à 7h du mat en octobre. Sortez couverts

– Qui veut faire mon lièvre sur la prochaine course de pinpin ? Promis j’essaierai de sourire

Les photos quand tu cours c’est toujours pas le panard. A moins de s’appeler Laury Thilleman.

3 commentaires sur “RUNNING | 10km Paris Centre de Nike avec G.I Joe”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

S'inscrire à ma newsletter

Toute l’actualité par ici