Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

Posted on

Je l’ai un peu laissé traîner ce Compte Rendu du Trail du Verbier St Bernard. Long et épique, j’avais moyennement le courage de m’attaquer à ce gros morceau. Comment réussir à te faire revivre ces 73 kilomètres et ces 20 heures de pur bonheur passés sur la X Traversée? Sans t’assommer non plus de détails soporifiques qui te fassent vite regretter de m’avoir accompagnée dans cette aventure.

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

Commençons par le commencement…comment je me suis retrouvée avec un dossard pour un trail Suisse ? Je ne dénoncerais personne, je dirais simplement que tout ceci ne serait jamais arrivé sans la participation de Cécile qui a un jour glissé à mon oreille suicidaire  « hey si tu veux te lancer dans un trail de plus de 60kms je te conseille le trail du Verbier.. il est magnifique, un peu difficile mais jouable.”

Je ne rebondirais pas sur l’euphémisme du “un peu difficile”, le problème lorsqu’on est entouré de psychopathes du D+ c’est que le baromètre du D+ est totalement déconnant. A l’époque, quelques mois après le trail de la Sainte Victoire (60km et 4000D+) je viens de débarquer à Annecy et je me dis “allez pourquoi pas… c’est faisable”.
… elle est mignonne..

5000 de D+ ça me paraissait absolument… impossiblement possible. Oui tu lis bien, ce n’est pas la fatigue qui parle. Une part de moi se disait “ olalala ça va être chaud quand même” et une autre partie “ oh hey, dramatise pas non plus. Qu’est-ce que 5000 de D+. C’est 1000 + 1000 +… “ bref… qu’est-ce que l’ascension du Kilimandjaro, juste une petite broutille + une petite broutille…

… elle est mignonne…

Le vendredi 5, je débarque donc en terre Suisse pour récupérer mon dossard. Après avoir bien vérifié que mes bâtons étaient dans la voiture, que je n’avais pas oublié mes chaussures…bref pas stressée la nana.

L’épreuve du dossard est toujours assez difficile pour moi, avec mon mètre 59 et ma tête de bébé. J’ai toujours l’impression d’atterrir dans la cour des grands et le syndrome de l’imposture ressort quasi systématiquement. Entourée de mecs (grands), roulant des mécaniques et du D+, mon alarme s’est déclenchée à plein pot. Précisons aussi dans la longue liste des choses qui ne jouaient pas en ma faveur… que j’avais à mon actif deux entorses et un Tfl.. et qu’en compensant j’avais tendance à avoir de bonnes douleurs au psoas et aux adducteurs. Sinon, tout allait bien.

Et puis le lendemain…réveil 5h, trois petits Muffin Overstims ( je les adore) avalés à la va vite… et c’était parti pour le trail du Verbier.

CR Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

KM0 – LA FOULY – 1600m

… Wahou, c’est beau
… Je suis quand même contente d’être là
… Non en vrai je crois que je vais vomir mon gâteau sport
… Admire, t’iras pas tous les jours en Suisse
… Hum vu le prix du plat de pâtes c’est clair
… OK, bon… on part quand là?

Curieusement j’étais moyennement nerveuse sur ce départ. Sur l’échelle du trouillomètre je me trouvais plutôt sereine pour une nana qui partait avec 2 entorses et son petit camelbak rose sur un 5000 D+.

L’attente a été plutôt courte, mais j’ai eu la chance de tomber sur un spectacle hilarant : un espagnol assis sur son trône, qui a eu la malchance de mal fermer la porte de ses superbes toilettes portatives odorantes. Voir la tête d’Enrico dérangé en pleine grosse commission valait tous les Verbiers du monde !

Le speaker commence « Je vais vous lire un célèbre poème de Rudyard Kipling, qui m’inspire »
Si tu sais méditer, observer et connaitre,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Tu seras un homme, mon fils. »

… Ah ba merde, c’est mal barré pour moi alors.
… en même temps je ne serais jamais un homme, ou un fils
… pas faux
… tous ces gens
… ils ont vraiment l’air d’être prêts pour un 73 kms
… moi j’ai l’air de faire la couverture de Martine se met au trail
… avec tous mes patchs sur les jambes
… je suis vraiment pas crédible comme meuf
… allez hop hop hop on y va.

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

KM0 à KM 9,4 – COL FENÊTRE – 2695m

… Allllez là ! Premier bouchon
… Ah non pitié pas encore, pas déjà !
… Top ça passe
… Ba vas-y double-moi, tranquille le poussin…
… C’est dingue les gens qui doublent dans les bouchons
… Le karma te rattrapera…plus vite que moi en tout cas
… C’est quand même magique
… Allez hop un pas après l’autre
… La première montée faisait quoi ? 1100 un truc comme ça
… Ok easy ! C’est comme si j’avais monté un bon Veyrier là
Mais je vois déjà la fin là ?
… Mais nonnn !! trop cool !

… Il va bien se passer ce petit trail si ça passe aussi vite
… Génial on est en haut, au top !

Ah non pas du tout
… On est pas du tout en haut…
… Quelle conne
… Allez reconcentre toi, encore 200m max avant le haut
… Enfin si c’est vraiment le haut
Etre en haut ou ne pas être en haut, telle est la question !

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

La première montée s’est plutôt bien passée, même si je me suis fait un joli coup de bambou… j’ai un peu vendu la peau du Col Fenêtre avant d’être en haut… mais jusque là tout allait bien ( oui enfin on était même pas à 10km, t’envoie pas des fleurs non plus). Le cadre était superbe. Vraiment.

KM 9,4 à KM 24 – BOURG ST PIERRE – 1620m

… Et merde, la descente
… Oulalala ça va être long si je dois descendre comme ça
… Ok, reste patiente, le plus important c’est de ne pas te faire de chevilles
… Je viens de me faire dépasser par une mamie !
… On est vraiment obligé de passer par un ruisseau là ?
…Allez hop hop, une petite pierre ici, une autre là… même pas les pieds mouillés

…Ah si merde
… Ok premier ravito
… J’ai pas faim, je continue…

… Le mec mange vraiment une assiette de pâtes bolo?
… Mais il peut repartir après ça?
… Ok deux/ trois oranges et je décolle

Le ravitaillement de Bourg St Pierre était ce que l’organisation appelait une « base vie ». De nombreux coureurs s’y arrêtaient donc pour faire un « vrai repas » composé de pâtes, de fruits etc… Moi perso, à part avaler un quartier d’orange, je ne pouvais pas en demander plus à mon estomac. Le petit enfoiré est capricieux en trail… j’ai l’habitude. Après quelques heures de course je suis encore plutôt bien, je repars rapidement.

KM 24 à KM 36 – CABANE MILLE – 2480m

…putain de psoas
comment un truc qui ne sert à rien peut être aussi douloureux
… accroche-toi
… il faut que je m’étire
… quel enfer ce truc
… 26 kms? Mais il va pas me faire chier dès maintenant
… ok pense à autre chose
… le paysage
… les oiseaux
… les gens qui me doublent
… cette montée interminable
… psoas
… psoas
… psoas

… promis je t’étirerais tous les jours si tu arrêtes de m’emmerder
… cette montée me semble interminable
… on a quoi? 1100 de D+ depuis Bourg St Pierre
… allez ça fait encore un bon Veyrier, le premier est bien passé

Les ennuis commencent un peu trop tôt à mon goût. Le psoas c’est ce truc inutile qui me fait mal depuis quelques temps. Je n’ai toujours pas compris son rôle, à part me faire douiller et franchement j’avais l’espoir qu’il me laisse tranquille. Malheureusement il s’est réveillé assez tôt et j’ai dû faire avec. La deuxième montée fut donc très difficile à gérer avec la douleur et la petite voix dans ma tête qui me rabâchait que je ne la supporterais pas non plus pendant des heures.

… j’ai envie de Coca
… oh mon dieu comme j’ai envie de Coca

je peux pas avoir envie de Coca, je déteste ça
… sisi j’échangerais mes bâtons contre un Coca là
… non non peut-être pas les bâtons ça va encore servir
… allez le ravito, il est encore loin??

A quelques kilomètres du ravitaillement, j’ai été prise d’une envie soudaine de…Coca. Fait très étrange car normalement 1. je déteste le Coca Cola, c’est trop sucré et à part une fois dans l’année ( à la période des gastro quoi) je n’en bois JAMAIS. 2. je n’aime pas la marque, les valeurs…bref je ne fais vraiment pas partie du fan club.

Donc bon, d’un seul coup d’un seul mon corps s’est mis en pilote automatique et a décidé qu’il voulait boire le truc le plus sucré du monde… pas besoin d’être un génie de la nutrition pour comprendre que mes soucis d’alimentation devaient un petit peu lui vider les stocks et qu’il avait besoin de faire le plein de su-sucres. A noter sur cette partie, à part cette envie soudaine, le paysage spectaculaire et la brume, crachin qui nous a accompagné pendant quelques kilomètres. Pas très pratique pour se repérer, heureusement que j’avais ramené ma fameuse GoreTex !

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée

KM 36 à KM 43 CABANE DE BRUNET – 2103m

… Poussez-vous, je veux du Coca !!!!!
… Comment ça de la soupe?
… non non je veux du Coca, c’est tout.
… bon allez ça repart, un mini biscuit et c’est bon
…oooh je suis au taquet là c’est bon
… plus de psoas, tranquille
… je vais le finir ce trail du Verbier, au top !!!!
… putain les mecs font une pause pour aller se baigner dans le lac
… je devrais peut-être moi aussi mettre mes pieds qui puent dans l’eau un petit moment?
…ou dans un torrent
…ohhh oui ne plus bouger et les plonger dans de l’eau glacé
… j’en rêve

Bien loin du crachin de la montée du Mille, la descente vers la cabane de Brunet était que calor… Après près de 11heures de course je sentais bien ( au sens figuré, je n’ai pas eu le courage d’enlever mes chaussures) que mes pieds commençaient à chauffer. Voir certains coureurs s’arrêter pour aller patauger dans un magnifique lac, et d’autres mettre les deux pieds dans les torrents me donnaient…carrément envie. Mais j’avais vraiment peur de ne plus jamais pouvoir repartir si jamais je donnais l’espoir vain à mon corps qu’on était parti pour une pause farniente.

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

… Ok donc ma montre est morte
… sniff
… Yes, la cabane de Brunet !
… Youhou.
… Allez un petit xxxx… et ça repart
( Oui je censure les pauses… je suis une princesse).
… Ah oui, donc lui abandonne
… Elle aussi ?
… Ok il y a encore des gens qui repartent là?

La cabane de Brunet a été un stop un peu plus long… je commençais à sérieusement fatiguer. Il devait être environ 19h et psychologiquement me dire que j’avais déjà fait une journée de course m’a un peu atteinte. Je n’avais pas du tout prévu de mettre autant de temps… oups. et je n’en étais qu’à 43kms… il en restait encore 30… Beaucoup de personnes ont arrêté l’épreuve à ce ravitaillement…par fatigue, troubles digestifs, parce qu’il était plus facile de se faire rapatrier en partant de Brunet alors que du prochain ravitaillement ce n’était pas vraiment possible. Bref quand tu repars en te disant “ allez…plus que 30” en voyant pas mal de personnes que tu as croisées tout au long du parcours enlever leurs chaussures et aller attendre le bus les pieds dans le petit lac du coin… tu te sens un peu seul.

KM 43 à KM 51 CABANE DE PANOSSIÈRE – 2641m

… ok bon, la bonne nouvelle c’est que j’ai fait la moitié
… la mauvaise nouvelle, c’est que je pars pour 30kilomètres
… la bonne nouvelle c’est que si tout le monde abandonne, je vais finir par faire un podium
… non, je déconne
… ohhh un torrent !!
… j’ai tellement envie de mettre mes pieds dedans
… non avance
… bon là, ça va. Je vais tenir le coup
…que c’est beau
… je suis bien quand même
… les gens normaux font quoi, un samedi soir à 20h ?
… ils se tapent certainement pas la montée qui arrive
… oh putain

… ok un pas après l’autre
…ça passe plus
…un pas après l’autre
…allez on s’accroche à ses bâtons
…on donne tout
…non…mais non
…encore 20mn
…encore 200m
…ah mais non ça… c’était pas du tout l’arrivée là
…encore 20 autres mètres
…accroche toi

La 3ème grosse montée a été assez difficile. Pourtant elle n’était pas comparable aux deux précédentes mais psychologiquement je commençais à ramasser. Et physiquement aussi. Avancer, encore et encore. S’accrocher en se disant que l’arrivée est en haut et découvrir que « en haut » n’est que la moitié de la montée. Bref…que du bonheur.

…c’est parti pour la descente
…oh putain ma cheville
…aïe mes cuissots
…bon bin la descente va pas être beaucoup plus rapide
…allez doucement, mais sûrement
…c’est splendide, un truc de malade
…euh c’est quoi ce pont suspendu?

Le paysage était dingue. Vraiment magnifique. La descente étant raide et un peu technique je l’ai faite… très lentement. Malheureusement les descentes étant normalement mon point « fort » avec mes petits bobos je ne pouvais pas y aller. Le passage du pont a été très drôle…j’ai bien fait la gueule ( j’ai le vertige) mais le pire était encore à venir…

« accrochez vous, c’est bientôt le ravito »

…euh je le vois pas son ravito là
…ah si…là-bas !

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

…pourquoi la notion de « bientôt » devient de plus en plus relative avec les kilomètres
…non mais c’est quoi ce kilomètre vertical ??
…accroche-toi à tes bâtons
…c’est pas possible
…j’ai mal au bras
…en même temps si ils travaillaient un peu le reste de l’année ils auraient peut-être moins mal ces feignants
… ok accroche toi
…dans 1,5km vertical tu auras ton verre de Coca
…COCA COCA COCA

KM 51 à KM 61 LOURTIER – 1074m

…il ne reste qu’un fond de bouteille
…cours !
…il est pour moi celui là

…j’ai froid
…je suis fatiguée
…bon allez, on y va
…ouah le coucher de soleil
…c’est magnifique

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

…si j’avais couru plus vite… je ne profiterais pas de ce genre de moment
…oui mais je serais déjà sous ma douche
…dans un lit
…pense pas à ça
…bon je sors bientôt la frontale
…encore quelques minutes
…il ne fait pas totalement nuit
…ah si…
…putain mais cette descente
…descente de merde
…je vois des lumières là bas
…c’est là, c’est sûr…

…ah non
…j’ai mal aux pieds
…je ne peux plus poser mes pieds
…c’est l’enfer
…putain mais qu’est-ce que je fous là
…dans le noir
…un samedi soir
…à quel moment je me suis dit que j’allais le finir en 14h ?
…à quel moment je trouvais ça marrant de faire 5000D+ ??
…ET LES PAYSAGES ! ILS SONT BEAUX LES PAYSAGES
…ok concentre toi sur du positif
…c’est bientôt le ravito
…tu t’en approches forcément, tu peux pas t’en éloigner
…ok c’est bientôt

“dans 200m”

… oui oui c’est ça !

…je sais que ce n’est pas dans 200m
…il ment
…je leur ferais bouffer un GPS à tous ces bénévoles

…aaaah joie bonheur fin.

KM61 j’arrive enfin à Lourtier. Après m’être fait un énorme faux espoir en pensant que Fionnay ( les petites lumière que je voyais en descendant) était en réalité Lourtier… Il a fallu faire 4 kilomètres de plus en espérant à chaque pas voir le ravito. Dans la nuit, avec plus beaucoup de moral ni de voûte plantaire.. c’était dur, pas très funky et j’ai failli sauter à la gorge du bénévole qui m’a sorti gentiment “200m” alors que je savais pertinemment que les distances des bénévoles ne valent pas une cacahuète. Je suis arrivée épuisée au ravito…

…il faut que je mange un peu
…non je crois pas
…on a tous des têtes de déterrés
… surtout moi
… je dois avoir encore un peu de morve sur le nez
… m’en fous
…il abandonne lui?
…elle aussi ?
…je donnerais tout pour mettre des tongs
… bon allez, plus que 1200D+ et 12kilomètres
…je vais pas m’arrêter là, pas maintenant.

Il ne m’est pas venu à l’esprit une seule seconde l’envie d’abandonner mais voir certains abandonner si près du but était encore une fois psychologiquement difficile. Parce que..1. cela veut bien dire que l’on est pas du tout “si près du but” en réalité et que les 12kilomètres à suivre seront encore violents….et 2. parce que j’ai failli bavé devant une nana en Birkenstock, qui m’a donné tellement envie de retirer mes foutues chaussures.

KM 61 à KM 73 VERBIER – 1490m

…OK Imagine toi partir pour un petit Veyrier
…là, comme ça, toute fraîche
…facile non? un Veyrier
…allez pas à pas, ça va le faire

…oh putain j’en peux plus
…c’est interminable
…la croix, une croix, c’est sûr c’est la fin de la montée
…ah non
…non
…putain non

…mais comment ont-ils pu mettre une croix sur un bout de montée
…menteurs
…ok accroche toi, tu dois vraiment pas être loin
…apparemment si

…c’est quoi ce torrent?
…sérieux on passe par un torrent ?!
…ça se transforme en Spartan race
…pas d’accord
…ok j’y vais, pas le choix

…putain j’ai froid aux pieds
…je vais mourir
…j’ai froid

La dernière montée a été …abominable. Les premiers mètres se sont fait facilement, à un bon rythme. Puis…coupure de courant. Epuisée, je n’avais plus aucun mental. Je m’accrochais aux lumières des frontales en me disant “là haut c’est la fin”…et puis non. La croix aura été le coup de bambou ! Au final toute montée a une fin, et après avoir sauté à pieds joints dans l’eau glacial d’un torrent…j’arrivais enfin au dernier ravito. Un thé chaud, les pieds à l’air quelques minutes…et c’était reparti pour la dernière descente !

… pense à ton lit
… pense à la douche
… enlever les chaussures
… oh oui
… boire de l’eau qui n’ait pas le goût de plastique
… concentre toi
… c’est fini
… bientôt fini

Oui bon…la fin a été plutôt minimaliste en terme de réflexions. Je me suis accrochée jusqu’au bout et je dois dire que je n’avais qu’une hâte…prendre une douche ! Et ne plus bouger.


Le Trail du Verbier St-Bernard en bref

Il y avait cette année 4 distances différentes sur le Trail du Verbier St-Bernard :
X-Alpine : 111 km et 8400D+
X-Traversée : 73km et 4900D+
Verbier Marathon : 43km et 3500 D+
Liddes-Verbier :29 km et 2500 D+

Comme tu peux le voir, quelque soit le format… c’est pas très roulant la Suisse !

Les points positifs :

– les paysages sont superbes, j’ai eu un énorme coup de coeur pour le parcours et les vues splendides qu’il nous a réservé. Je n’ai qu’une seule hâte… y retourner

– l’organisation, avec notamment de nombreux ravitaillements plutôt bien fournis ( excepté celui de la cabane Panossière où il restait peu de choses)

– le format, avec plusieurs courses c’est l’occasion de partir à plusieurs… avec ses amis plus ou moins masos. Attention tout de même à ne pas minimiser le dénivelé négatif, mais aussi le dénivelé positif.

Les points négatifs :

– l’arrivée un peu tristoune, à 4h du matin on ne s’attend pas à la fanfare du coin mais un peu plus de ravitaillement et de services auraient été sympa.

– la..Suisse ! Qui dit Suisse dit assiette de pâtes à 25e la veille et hébergement très cher. Il y a toujours moyen de trouver des alternatives mais c’est bien d’anticiper dès le départ un package global plus coûteux que sur d’autres weekends.

En quelques mots… je recommande donc énormément le Trail du Verbier St-Bernard ! Un bonheur pour les yeux…et les cuissots !

Trail Verbier St-Bernard - X-Traversée
Trail Verbier St-Bernard – X-Traversée

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 235 articles sur le Blog.

5 Comments

  1. Alinette says:

    J’ai commencé les premières lignes en me disant « je vais encore chialer »…et puis finalement j’ai beaucoup ri 😉 Bravo pour cette course!

  2. Maguet Eric says:

    Un grand bravo pour votre course, votre mental car il en faut du mental. je me sens une âme d’Aventurier mais avec ce récit , je m’incline volontiers!! Respect!!
    Je suis un grand fan de nature, montagne, rando . J’en fais pas assez à mon goût cette année mais avec cette lecture , cela me motive ,haha.
    MERCI pour ce partage et on se croisera peut-être en montagne un de ces jours, qui sait!?

  3. Greg Runner says:

    Whouaou, tu m’as fait revivre cette course. J’ai bien aimer ton humour. Je ne sais pas si tu en avais autant pendant la course. Moi, ce n’était pas le cas. J’en avais bien chier, c’était mon 1er trail.
    En tout cas, maintenant que tu as fait cette course, tu peux tout faire. Un immense bravo!!

  4. Greg Runner says:

    Whouaou, tu m’as fait revivre cette course. J’ai bien aimer ton humour. Je ne sais pas si tu en avais autant pendant la course. Moi, ce n’était pas le cas. J’en avais bien chier, c’était mon 1er trail.
    En tout cas, maintenant que tu as fait cette course, tu peux tout faire. Un immense bravo!!

  5. MURAT Laurent says:

    Bravo pour ce résumé, c’est top !!!. Bonne récup. Ca donne la pêche et la niaque de toujours vouloir faire plus de lire de telles aventures. C’est vrai que le sport c’est plus que magique, la vie est parfois trop courte pour en profiter car c’est bien le premier loisir où l’on s’éclate le plus et dès fois à braver par plusieurs conditions météo. Au plaisir de te croiser en Corrèze.

Leave a comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.