Le week-end trail Never Stop Paris aux Bouillouses

Posted on
Never Stop Paris North Face

« T’es timbrée »

Réponse collégial lorsque j’annonce mon week-end North Face Never Stop Paris dans les Pyrénées.

«  C’est plus de ton âge »

Uppercut supplémentaire pour me rappeler qu’à 27 ans, je ne suis plus à la fine fleur de l’âge. Et que le train couchette c’est le risque de passer une nuit très courte et très inconfortable. Sans blague.

Testing approuvé, les trains couchettes c’est un crime contre l’humanité.

Soyons sérieux. Cet article va être un exercice très périlleux. Du genre squat sauté quand t’as mangé trop de sushis.

Il va falloir que j’arrive à :

te donner envie de faire du trail,
de rejoindre la team North Face Never Stop Paris,
et de ne pas dormir pendant 48h tout en martyrisant tes jambes.

Tout ça en évitant de tomber dans le traditionnel journal de bord «de 13h à 14h on a mangé un couscous, puis on a été pêcher de la truite normande» histoire que tu ne décroches pas au bout de 2 tartiflettes.

Challenge accepted, c’est parti pour mon…

Compte-rendu gourmand et sportif de ce super week-end Never Stop Paris

Top départ : en route pour Latour-de-Carol  !

Le départ. Flash-back sur mes années colos. Celles où tu arrives tout stressé, en te demandant si tu vas te faire au moins un pote. Et si ce pote ne puera pas de la gueule ( un chewing-gum Emile ?).

Passons vite les détails du trajet, pourtant très drôles. Train couchette, on papote, on se marre. On ne dort surtout pas histoire d’être en pleine forme pour notre trail du lendemain. Bande de petits fous. Parce qu’on peut être timbré, se taper un week-end à trifouille les oies tout en étant marrant.

Comme prévu je passe une très mauvaise nuit, prostrée au fond de ma couchette du haut en serrant les fesses pour ne pas tomber. Comme prévu ça sent le phoque et on est très content d’arriver à destination, nous, nos énormes sacs –je pars pour 48h mais j’emporte ma maison- et nos gueules de déterrés.

Latour-de-Carol ! Très exotique ce petit nom ! Ce ne sera en vérité que notre point de passage ferroviaire. Nous décollons ensuite pour le refuge situé dans « les Bouillouses ». Nom tout aussi charmant, qui m’inspire de nombreuses blagues pas drôles, donc autocensurées.

Le Pic du Carlit nous voilà, mode trail activé!

Il crachine, il fait froid…on n’a pas plus envie d’aller courir que de se taper un discours de Trump (il fallait que je le case celui-là, le référencement avant tout les gars). Mais bon quand faut y’aller faut y’aller. Une couche, puis deux, puis une veste imperméable. Fashion Week nous voilà, le froid ne passera pas.  Dix questions existentielles plus tard «je prends mes gants Salomon, ou mes gants Kalenji »  «  1,5L d’eau ça suffit ? » « un dernier pipi ou pas ? » et c’est parti.

3 groupes de niveaux : les machines -pas moi- , les baby traileurs -moi- et les randonneurs.

Le démarrage est toujours difficile. Je retrouve le fameux «  Qu’est-ce que je fous là », ma litanie préférée. Qui passe en boucle pendant les premiers kms. Comme pour la plupart des courses je vous rassure. Là sous la pluie, a moins whatmille degrés (exagération bonjour) ça tourne en boucle… pire qu’une pub Mercurochrome.

Les kilomètres défilent, la petite voix geignarde se calme. Mon mini corps de poly Pocket se réchauffe et je commence enfin à admirer le paysage. Pantone gris globalement ce paysage, mais plutôt canon si tu plisses les yeux et que t’as un peu d’imagination!

Never Stop Paris North Face

L’ascension du pic du Carlit

La montée est costaud, il neige, je vois défiler le film de ma vie. Qui se résume globalement à manger et faire du sport je confirme.  Dans le sens inverse parfois. Mes potes avaient donc raison.

Arrivée au sommet du pic du Carlit. Mes orteils ne sont plus qu’un lointain souvenir. Mes gants ne sont visiblement pas waterproof.  Parlons en des gants waterproof.Même principe que l’épilation sans douleur. Une arnaque. Non je ne râle pas, je garde mes forces pour la descente. Descente sportive mais effectuée avec brio par notre petit groupe. On est au top tous emmitouflé  dans nos équipements respectifs, une vraie expédition polaire. Le réchauffement climatique qu’ils disaient…

Première journée trail finie ! Une douche un Freedent et au lit. Blague. Une douche, dix tranches de charcut, cinq quintaux de fromage, il est 16h tout va bien.

 

La tartiflette arrive, on a déjà plus faim, mais il reste toujours une petite place pour une bonne grosse tartif #nodiet #nohealthty . Sur un compteur Weight Watchers on a dû passer le statut du non-retour. Je t’épargne le laïus du «

gras c’est la vie » celui que tout le monde sort en pleine phase de culpabilité hypoglycémique.

Non le gras c’est 1 minute dans la bouche, 10 cm sur ton cul. Point.

 

Never Stop Paris Team North Face
Tartiflette 0% matières grasses, sans gluten, veggie

Grosse soirée à la montagne, boule à facette, blind test, lac du Connemara …les nuits parisiennes ne font pas le poids contre une orgie de fromage qui pue et de bons délires.

Deuxième jour de notre week-end Never Stop Paris : here comes the sun

Never Stop Paris North Face

Ya pas à dire, un rayon de soleil ça change tout. On se réveille donc après une nuit (courte), pour enfourner un petit déjeuner (costaud). Pas les restes de tartiflette rassure toi.

C’est parti pour la deuxième session. Comme hier on se split entre trail et randonnée et cette fois mes cuisses m’implorent de passer sur du soft. Ok les poteaux c’est parti pour la rando.

C’est reparti pour une randonnée made in Never Stop Paris

Et là…redécouverte du paysage. Il y avait donc de la verdure et un très beau panorama derrière ce fog. Un plaisir de pouvoir admirer tout ça, sous un manteau de neige qui plus est. Amazing. Par contre le froid est toujours là, ce petit bâtard, malgré le soleil qui réchauffe nos cœurs – coeurcoeursoleil-.

On profite finalement une dernière fois de ce shoot de verdure au cours du déjeuner. Déjeuner sponsorisé par Chez Simone, rien que ça ! Un bonheur de retrouver leurs cakes et carrot cake, savourés comme il se doit au grand air ! Accompagnés de charcuterie et de fromage bien entendu.

Et le week-end s’est donc fini en IDZEN, à emmerder nos concitoyens qui souhaitaient se faire un retour Perpi-Paris pénard.

Pour résumer, le week end trail et randonnée North Face c’était :

CANON – SPORTIF – GOURMAND – FESTIF – TOP MOUMOUTE

lac-des-bouillouses-pic-du-carlit-moi
J’ai pas froid, j’ai pas froid, j’ai pas froid

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 117 articles sur le Blog.

16 Comments

  1. Monika says:

    On s’y croirait ! les paysages, l’odeur de la tartiflette, le froid, le beau et le sans-pareil « I did it ! ». Bravo ma Chérie

    1. Cam Dewoods says:

      Merci ma petite maman <3

  2. Marion L says:

    Parfait ton CR et tellement réaliste!!!

    1. Cam Dewoods says:

      Merciii !! Contente que ça te plaise, toi qui a vécu tout ça à 100% ! bisous

  3. LAurent says:

    Merci pour ce beau récit non dénué d’humour . Ca donne envie. Par tu ne dis pas combien de km par jour il me semble ?

    1. Cam Dewoods says:

      Hello Laurent ! Avec plaisir… sur le nombre de km par jour cela dépendait des groupes. Personnellement avec ce que j’appelle le « baby trail » on a fait 15kms avec 1000 de dénivelé. Compte tenu des conditions c’était déjà pas mal ^^
      Bonne journée
      Cam

  4. Dub Dub says:

    Super récit de ce week-end sportif!

    Pour la tartiflette je connais une photo plus sympa pour la promotion de 5fruits et légumes par jour! 😉

    Vivement le prochain.

  5. Gil says:

    Des barres en lisant tes articles
    Merci 😉

    1. Cam Dewoods says:

      Avec plaisir Gil 😀 A très vite pour de nouveaux articles !

  6. Thomas says:

    Magnifique !!!

  7. 2016, année du trail et des gamelles – Shutup & Bouge says:

    […] Je disais donc dans mon trip Yolo, en digne disciple de Jim Carrey, j’ai dit oui à beaucoup de choses. Personne ne m’a demandé ma main, encore heureux. Quoi que ça aurait été moins casse gueule que ces 33kms de VTT ou cette jolie ascension du Mont Carlit. […]

  8. 2016, année du trail et des gamelles – Cam dewoods says:

    […] fut donc rapidement suivie de départs sur : L’Impérial Trail à Fontainebleau ( 25km), le week end North Face Never Stop Paris, la Sainté Sprint ( 22km), la sortie Town to Trail et le Trail des Pères Noël […]

  9. Le circuit des 25 bosses m’a tuée ! – Cam dewoods says:

    […] semaines après notre week-end trail tartiflette Never Stop Paris me voilà reparti pour de nouvelles aventures escarpées… avec la même bande de joyeux […]

  10. Team 4 Trail, traileuses et gourmandes ! – Cam Dewoods says:

    […] traileuses que dis-je. Dont deux rencontrées en haut du Pic Carlit. Pas banal pour un coup de cœur mais que veux tu…pour rencontrer ces deux blondes crapahuteuses […]

  11. Ouille le circuit des 25 bosses ! – Cam Dewoods says:

    […] semaines après notre week-end trail tartiflette Never Stop Paris me voilà reparti pour de nouvelles aventures escarpées… avec la même bande de joyeux […]

  12. Se mettre au trail, parce que toi aussi tu es un futur traileur dans l'âme ! says:

    […] parfait au lendemain de mon week-end « Never Stop Paris » made in North Face. Week-end sportif, gourmand ( les deux allant souvent de pair) et surtout […]

Leave a comment

Your email address will not be published.