TRAIL | TOP 13 des premières fois de traileur

Posted on

A moins d’être né dans la montagne, et d’être sorti de la maternité Salomon au pied, tu t’es dit un jour « tiens, et si je me mettais au trail ». Ton collègue  traileur d’imprimante revient de l’Utmb, il a la démarche douloureuse mais semble heureux. Il t’explique que le trail c’est 100 fois mieux que la course à pied. Il y a le paysage, et l’ambiance, et et et…le fromage au ravitaillement. Du cantal au ravito ? tu es conquis. Mais ce que tu ne savais pas …c’est que le trail va te faire découvrir de nouveaux horizons…au sens propre comme au figuré.

Car oui, le trail c’est comme tout. Ça s’apprend, ça s’apprivoise. On fait des erreurs, on lit des magazines. On se retrouve ahuri devant le rayon Decath à la recherche de LA paire de chaussures qui nous transformera en Kilian Jornet. Le trail c’est donc un apprentissage, de tous les jours, marqué par quelques premières fois inoubliables !

traileur
Trail Sainte Victoire

Les premières fois de traileur

Que tu sois traileur de la première pluie ou que tu te sois pris beaucoup d’averses, que tu collectionnes les ultra comme les ampoules ou que tu affectionnes plus le sauciflard/comté que les portions dénivelé… tu devrais te souvenir de cette première fois :

Ta première séance « trail »

Tu en as passé des heures sur les quais, et des fractio sur la piste. Tu as beau être citadin tu visualises quand même la topographie d’une forêt. On ne te la fait pas quoi. Mister imprimante t’embarque dans ta première séance « trail », qui consistera à gambader joyeusement de part et d’autre de …St Cloud. Oui on fait ce qu’on peut, nous parisiens. Et là. C’est le drame. Toi qui scrutais rigoureusement ton chrono au km…pata…traque. Ta moyenne Strava va en prendre un coup. Et merde. Tu mets ta montre sur pause, bin oui… tu marches.

Ton bourreau t’engueule « mets pas ta montre sur pause dans les montées ». « Oui mais je marche ». « On s’en fout, c’est du trail » Et voilà. Première leçon, que tu cours, voles, titubes ou rampes il va falloir t’habituer à une gestion du chrono et de l’effort un peu différent. Et de ne plus pousser un hurlement lorsque ton km/heure se prend un coup de déambulateur.
Bon…cette première fois marche pour certains, mais pas pour tous.

 Ta première paire de chaussure

Malgré ta marge de progression abyssale…c’est décidé. Tu aimes le trail. Peut-être qu’il ne t’aime pas autant que toi, mais il va apprendre. Peut-être que tu en as vu une infime portion. Mais tu vas apprendre. Devenir un vrai traileur ! Du coup tu es prêt… prêt à t’équiper. Après avoir passé le cap du vocable CAP, drop, amorti et compagnie…ça devrait être un jeu d’enfant. Ou pas. Crampons ? Minimaliste ? Vibram? Gore-Texw? Parre-pierre…soit le vendeur se fout de toi, soit tu es au salon de l’auto …

 

Ta première chute

C’est bon tu te sens dans ton élément. Tu es né pour ça. Un cabri dans les descentes, un buffle dans les montées. Tu commences à prendre confiance, à aller un peu plus vite, jouer avec le terrain, admirer le pays….BAM !

 

Putain de merde mais c’est quoi ça. Une racine. Mais c’est quoi cette racine. Sérieusement d’où elle vient celle-là. Tu as mal, ta fierté en prend un coup. Ton assurance dégouline d’hémoglobine. Finalement ça craint la nature. Au moins la piste d’athlé c’est plat. Tu claudiques jusqu’à la bouche de métro la plus proche. Qui est forcément loin vu que tu es allé te perdre en pleine nature. En espérant que tes globules rouges ne tâchent pas trop ta nouvelle paire de chaussure. Tu espères que cela cicatrisera rapidement… il y a un mariage dans 2 semaines. Et voilà. Tu as vécu ta première chute de traileur . Ce que tu ne sais pas encore, c’est que ce ne sera pas la dernière.

 

Ta première organisation de trail

Alors attends. Il faut qu’on arrive à Babel Ouet, puis qu’on prenne une voiture pour aller jusqu’à pétaouchnok. Oula j’espère qu’il y a encore des places dans le seul hôtel du village de Trifouilles les oies.
Tu n’avais pas prévu de te transformer en tour opérateur en te mettant au trail. Tu étais plutôt habitué à prendre ta carte Navigo, râler pour quelques stations de métro et t’organiser pendant ta soirée pâtes. La veille. L’organisation d’un trail…ça se prépare. Ça se savoure. Ça se galère. Etre un  traileur  c’est aussi être un vrai aventurier dans l’âme !

 

 

Ton premier parcours

1000 D+ .Tu n’oses pas demander. D+…qu’est-ce que c’est. Ça sonne positif en tout cas. Ça doit être une bonne chose. A non finalement peut être pas. Ah donc tu montes l’équivalent de 1000m, Non tu ne vois pas du tout à quoi ça peut ressembler en fait. Tu as bien compris que ça devait pas être facile facile.

 

Finalement plus on t’explique ce que ça veut dire…moins tu as envie de comprendre. C’était bien la naïveté !

Ton premier départ de course

Quoi de mieux qu’un weekend à la montagne entre potes et une petite course pour te tester sur un trail. C’est comme ça qu’on te l’a vendu. Ça semblait être une bonne idée. Après tout tu aimes la montagne, tu aimes courir ça devrait bien se passer. Mais face à l’arche de départ ce matin tu ne te sens pas très bien. Tu as le sentiment désagréable qu’il est écrit sur ta face « parisien ». Que tout le monde va comprendre que tu es plus habitué aux escaliers métropolitains qu’au dénivelé montagneux. Et merde. Qu’est-ce que tu fous là. Comme si les petites côtes du 92 t’avais préparé à ça. Foutu pour foutu tu te dis que tu ne t’es pas tapé 5h de train, 2h de voiture pour faire demi-tour. Tu regardes autour de toi. Des mecs affutés, des nanas pas là pour tricoter….ok tu es dans la merde. Tu vas finalement découvrir que le trail ça n’a rien à voir avec ce que tu pensais…c’est plus dur, plus magique, plus éprouvant, plus riche. Et tu vas adorer.

Ta première (vraie) montée

Tu n’en peux plus. Tu ne marches pas, tu rampes. Les mains sur les cuisses, comme on te l’a dit ta démarche de Franklin ne t’aide pas à la monter si vite que ça cette horrible bosse. Oui parce que tu as compris qu’on disait bosse dans le game. Alors tu dis bosse. Même si tu trouves que c’est un euphémisme devant ce roc, ce pic, cette putain de grosssssse montée de malade.

Pardon cette bosse. On a fait quoi là ? Au moins la moitié de tout le dénivelé non ? Voir la totale ? Comment ça « juste « 300m ». Il y a forcément une erreur. Qui a mesuré la bosse ? Qu’il se dénonce. Et voilà tu viens de comprendre que le dénivelé c’est comme tout … plus t’en chie plus c’est long!

Ton premier ravitaillement

Bien entendu mister imprimante t’avais préparé à cette orgie. Mais tu ne l’avais pas cru. Et pourtant. Il est là le premier ravitaillement. En chair et en gras. Du saucisson, du comté, du chocolat… tu te dis que rien que pour ça elle valait le coup cette montée de merde. Tu te goinfres.

 

Comment ça « faire attention ». Non mais oh il a l’air trop bon ce fromage. Après avoir dévalisé le stand et joué les morfales tu repars. Tu serais bien resté brunché encore quelque temps mais bon…il reste encore pas mal de kilomètres. Et là, c’est le drame !
Tu viens de vivre la plus grosse arnaque du trail, avoir des ravitaillements de malade, sentant bon les produits du pays et la gentillesse bénévole, et ne pas pouvoir en profiter à leur juste valeur !

Ta première arrivée

Youhouuuuuu c’est fini. Mon dieu c’est fini. Super encore un ravitaillement…celui là je le rentabilise. Attends 2 sec je vais chercher ma médaille. Comment ça ? j’ai pas compris ? Ok je vais prendre mon T shirt. Einh ? Non mais ce n’est pas possible. TU VEUX DIRE QU APRES TOUT ÇA JE N’AI RIEN A LA FIN ?????? Ok. Je vais faire sa fête au ravito.
Quand tu as l’habitude de la route… tu sais que c’est jackpot à l’arrivée. Médailles, T-shirts, poncho… tous ces petits grigris auxquels tu attaches une importance exacerbée, symboles de ton arrivée, et que tu oublieras rapidement dans un coin d’une étagère faute d’une quelconque utilité. Et puis, tu apprends vite que dans le trail et bien…tu as gagné de belles courbatures et un sandwich comté à l’arrivée.

 

Ton premier petit doigt de pied estropié

Il se passe un truc dans ta chaussure. C’est bizarre. Une sensation totalement nouvelle. Mais oui…c’est ça. Ton ongle.

 

Tu as presque peur d’enlever ta chaussette. Elle a l’air d’ailleurs réticente elle aussi, puisqu’elle s’accroche gentiment à ton orteil. Enfin à ce qu’il en reste. Et voilà. La scène du crime. Et quel crime… tu te dis qu’entre ton genou en rémission et ton orteil défectueux il va falloir adopter le style estropié et moonbots pour ton prochain mariage. Et en même temps…tu brandis fièrement ton ongle démissionnaire. Ça yest, tu fais partie de la grande famille des traileurs. Toi aussi tu as les pieds pourris !

via GIPHY

 

Ton premier trail de nuit

Si on t’avait dit un jour que tu allais te mettre à courir … la nuit. Tu essaies de retracer ton parcours, comment as-tu pu en arriver là, tout en essayant de comprendre le fonctionnement de ta frontale. Enfin de celle que tu as emprunté à mister imprimante. Faut pas abuser, tu en as marre de claquer un PEL dans ton équipement. A un moment de ta vie tu t’es dit que ça serait trop marrant de courir de nuit. A quel moment ? Encore un instant de faiblesse. Il est 23h il fait froid, tes potes t’envoient des encouragements pendant qu’ils se font une soirée pizza/ star wars. Et toi tu te demande vraiment comment tu en es arrivé là. C’est ton premier trail de nuit, tu garderas un petit moment la marque de ta frontale (trop serrée) mais surtout les souvenirs de cette expérience si spécial. Tu te redemanderas à chaque fois pourquoi tu t’infliges ça…mais visiblement tu recommenceras !

| FINISHER ▪ 45KM SAINTEXPRESS | ■ Snow. Ice. Wind. And cold cold weather 😨 During the night of course 😂 It was pretty hard, I was sooooo exhausted but Im so proud now 👊 And so kaputt 😥 ■ Que dire, que dire. N’ayant définitivement pas le courage et la verve pour un CR @saintelyon digne de mes 5h47 nocturnes on va faire bref 😉 ■ Un grand merci à tous 😚 Pour votre soutien, vos messages, vos conseils…avant pendant après. Il m’a fallut pas mal de mental pour ne pas lâcher et je vous le dois aussi 😘 Moment cucul bonjour 🦄 ■ Un énorme bravo à tous les coureurs. Peu importe la distance, le temps. Ou même si vous l’avez finit. Avoir le courage (ou la connerie) de se lancer dans cette aventure de son propre gré… ça vaut bien un grand bravo 👏 ■ Quand à moi. C’est fait. Enfin ! Dernière de l’année et pas des moindres. Je suis très fière de ne pas avoir lâché malgré une belle chute au 11e km qui aura fragilisée ma cheville et quelques gros coups de mou 👊 Fière de finir 70ème de ma catégorie. La catégorie des vieilles peaux femmes 😂 Du haut de mes 1m59 avec la neige qui m’arrivait parfois aux genoux et mon incapacité à avaler quoi que ce soit de liquide ou solide très rapidement… c’était vraiment mal barré 😥 ■ Je n’ai plus de genoux, des chevilles en vrac. Des cernes jusqu’au nombril et je ne réalise toujours pas 😂 Mais quand j’aurais digéré un peu tout ça je serais juste méga contente de l’avoir finit PUTAIN DE MERDE ! ■ Bonne soirée et bonne récup à tous 😘 ▪ ▪ #saintelyon #saintexpress #mountaingirl #runlikeagirl #runningheroes #trailrunning #instarunfrance

Une publication partagée par Cam_dewoods (@cam_dewoods) le

Ton premier lendemain de trail

Qu’il soit de nuit, de jour, d’été ou d’hiver…tu as connu ton premier trail. Celui qui te fera ressentir de nouvelles sensations..un peu partout dans ton corps. Celui qui te donnera envie de pleurer devant chaque escalier, chaque monticule, chaque mini dos d’âne pavant ton quotidien. Celui qui te permettra de redécouvrir tes quadri et tes ischio, et de réaliser à quel point chaque micro particules de ton corps peut se venger lorsque tu leur en as fait baver.


Ce que tu ne sais pas encore…c’est que ton premier lendemain de trail tu te diras bien entendu « plus jamais ». Entre deux shots d’Arnica, tu en es convaincu … ton corps n’est vraiment pas fait pour ça. Et pourtant…

 

| WEEK 0 • REST AFTER TRAIL | ■ I begin to realise what I did…and even if my legs are hurting so much I’m just ready to sign for new adventures 😍 Not tomorrow keep cool… it’s already so difficult to down the stairs 😥😂 ■ Si mes quadri pouvaient hurler…ils m’auraient déjà pété un tympan 😫 Si ils avaient un droit de vote dans l’organisation de mes prochaines aventures j’aurais un avenir tout tracé dans le tricot 😂 Cette journée sera marquée d’une pierre blanche dans les annales de la douleur et du ridicule… Qui ne tue pas je te le confirme après avoir descendu tous les escaliers de Paris au ralenti et en arrière 😝 ■ Comment expliquer une telle désynchronisation entre mon corps qui rampe laborieusement du point A au point B. Et mon moral au beau fixe, qui a juste envie de repartir 🙊 Vite vite vite. En attendant on va badigeonner tout ça d’Arnica et attendre sagement que mes petites jambes de pousse mouse me pardonne ce weekend 😇 ! ▪ ▪ #ASICSFrontrunner #traildespasserelles #instarunner #runningheroes #runningwild #mountainlover #goheroes #trailandkale #healthygirl

Une publication partagée par Cam_dewoods (@cam_dewoods) le

Si toi aussi tu as connu des premières fois de traileur , n’hésite pas je les partagerais avec plaisir !

| CONCOURS TRAIL de l’Aubrac |

Et pour vivre une Première fois mémorable Danival et moi avons le plaisir de te faire gagner 5 dossards pour deux distances du trail de l’Aubrac qui aura lieu le 24 juin :

– 3 dossards pour le Marathon des Burons ( 43,7 km et 1190 m de d+ )
– 2 dossards pour l’Aubrac Circus ( 54,7 km – 1760m de d+ )

POUR PARTICIPER il te suffit de commenter ci-dessous et de nous dire quelle est ta première fois de  traileur  la plus marquante !

Résultats du concours :

3 dossards Marathon des burons

Virginie : creaconcept24@gmail.com
geremy.delacroix@laposte.net
didie_35

2 dossards Aubrac circus

fitrun83
romaric.idaszek@gmail.com

Merci à tous

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 199 articles sur le Blog.

8 Comments

  1. Marie says:

    Ma première fois ça a été à saint pierre de chartreuse premier trail blanc, une révélation au milieu des champs immaculés de blancs et avec cette vue sur Chamechaude 🙂

  2. Aure says:

    Comment ne pas se retrouver dans cet article ? Première expérience sur la TransAubrac justement j’y retournerai avec grand plaisir…l’étape du lendemain « plus jamais » s’est transformée cette fois là en « c’est quand le prochain? » quelques minutes après mon arrivée.

  3. Virginie Charles says:

    Évidemment, quand on lit ce post, on se reconnaît bien.
    Ma première fois en trail « officiel » à eu lieu ce week-end, dimanche 13 mai…
    Après un départ sur les chapeaux de roues, je me suis vite retrouvée dernière… Bon je me dis que ce n’est pas grave, c’est le 1er et je ferai le temps que je devrais faire.
    Il y’avait une rando qui était organisée en même temps, et à un moment, pendant que je grimpais ma première côte, les marcheurs me talonnaient. Je me suis dit que je ne pouvais pas être rattrapée par ceux qui marchaient, donc un coup de pied aux fesses et j’ai accéléré.
    Bilan, je suis arrivée au bout 1h32, pour 10 km, alors que je faisais pratiquement 2h à l’entraînement.
    Ce que je retiens, c’est que quand on est boosté par un chrono, on peut faire des miracles. J’ai gagné 30 mn sur mon temps normal, et même moi j’ai encore du mal à y croire.
    Alors pour une novice comme moi, je trouve mon temps exceptionnel, mais bien évidemment que pour un traileur de longues dates, ce n’est rien… Mais l’envie de continuer est bien présente, l’envie de progresser. Il est vrai qu’on souffre, mais qu’est ce que c’est magnifique quand on passe la ligne d’arrivée…

  4. Geremy delacroix says:

    Moi ça serait pour le marathon des Burons.
    Ma première fois la plus marquante c’était sur l’ecotrail 30 km de Paris avec ma femme et ce 6 mois après une opération du coeur. Tellement heureux de pouvoir recourir.

  5. Roma says:

    Ma première fois marquante c’est Quand pour la première fois j’ai vu un mec avec des Adidas Boston et un t-shirt Adidas paris devant une flaque de boue pester que c’est n’importe quoi toute cette boue, qu’il est dégoûté de devoir salir ses pompes…
    Saintelyon 2015 😂

  6. Tess Malouvic says:

    Mon premier vrai trail est un cadeau puusquln m’avait offert mon dossard pour mon anniversaire! Ben oui, je m’entrainais sans passer le cap de découvrir un vrail trail! Me voilà sur la presqu’île de Crozon à découvrir le sentier côtier, les 4 saisons bretonnes : mouillée par la pluie, séchée par le vent, réchauffée par un rayon de soleil, gelée parce que quand même il ne fait pas chaud!
    Bref, littéralement conquise! Je n’ai plus arrêté! #traileuseforever

  7. Sarah says:

    Je n’ose pas encore m’inscrire , tellement peur d’être dernière avec mon rythme tortue. Je parcours les chemins seule de Trail dans les collines grenobloise. Les montées en courant c’est pas encore ca . Je n’y arriverais jamais je crois mais je perfectionne m’a marché rapide .🤔 Plat et descente à fond je commence à maîtriser . Mon premier amour est toujours là rando en solo .

  8. Chachouddd says:

    Bébé traileuse et je me reconnais bien. Il me manque encore quelques points mais je les savourerai le moment venu.
    Super article, qui me donne le sourire des le matin.

Leave a comment

Your email address will not be published.