La fille qui courait son 2ème marathon

Posted on

“Mais pourquoi? ”

Je me retiens de hurler, copyright orangina rouge, “ Mais parrrrce que”.

Il y a des choix que l’on ne doit socialement pas justifier. Typiquement tout le monde se fout de savoir pourquoi je me nourris de chocolat noir en intraveineuse. Ou pourquoi j’ai irrémédiablement un trou dans mes collants tout neuf.

Par contre les items suivants sont toujours matière à questionnement : “ pourquoi tu cours”, “pourquoi tu marches”, “pourquoi tu aimes le tofu”…et forcément “pourquoi tu t’inscris à un Marathon”.

A priori parce que j’aime ça. Mon côté maso. Ma tendance 50 shade of run.

j’ai bien pesé les pour et les contre. Pour: challenge de folie. Contre: je vais crever. Non en vrai j’ai du réfléchir quelques secondes avant de prendre mon dossard. C’est seulement après, à force de devoir justement l’expliquer et le justifier que je me suis mise à réfléchir au pourquoi du comment.

Alors pourquoi je me lance dans 42,195 kms de pur bonheur?

  • pour enfin botter le cul de ce fameux mur des 30

Flashback. Avril 2014. “Qu’est-ce que je fous là”. Après 25 bornes plus ou moins bien avalées c’est le drame; je commence à flancher. Les gens autour de moi aussi. Pas possible la malédiction du 30 existe donc bel et bien.Je m’accroche, essaie de penser à autre chose. Très facile la pensée positive quand ton corps s’auto détruit et que tu as juste envie de te mettre en position foetal sur le bord de la route et d’appeler ta maman.

Et oui, tu l’auras compris, je n’en suis pas à mon premier coup d’essai. Raison de plus pour vouloir prendre une petite revanche et danser la carioca au ravito du 30 cette année !

  • pour revivre la magie du départ…

Un des moments les plus forts de ma courte vie de runneuse. Séquence émotion. Le SAS, la foule, l’Arc de triomphe. Le stress et l’excitation partagé. Le dernier pipi psychologique qui se réveille pour toi et les 40 000 autres au même moment. Un monde hallucinant, les spectateurs au taquet. Tous ceux qui entendent depuis des mois “ mais pourquoi tu t’infliges ça” sont enfin réunis et comprennent enfin le pourquoi du comment.

marathon-de-paris-2016

  • …et surtout revivre la magie de l’arrivée

Moins glam que le départ. Une arrivée très douloureuse pour moi, mi pleurs mi cascade dans les pommes. Oui je suis une petite nature ça se voit pas?  Il n’empêche, malgré une démarche boiteuse et un teint blafard c’est un bonheur inégalé. Un mec me sert dans ses bras, il pue, pas grave. A ce moment là on est tous crevés, heureux d’être arrivé, d’en avoir bavé. Bon bien entendu dans quelques heures on redeviendra des humains individualistes et bornés capables d’insulter mère et descendance pour une place de parking. Mais là c’est cohésion totale et amour primaire.

marathon-de-paris-2014
le sac poubelle me va si bien !

 

  • pour en baver tout l’hiver

qu’il pleuve, qu’il neige. Que ce soit la fin du monde, le débarquement Mars Attack. Rien ne m’empêche de suivre un plan d’entraînement. Je fais partie des bons élèves qui suivent bien gentillement les sorties qu’ils se sont fixées. Mon côté fayotte. Avec quelques ajustements selon les priorités ponctuelles. Je mets dans les priorités mon anniversaire et la grass mat qui s’en suivra. Pas de concessions, quelques sacrifices, c’est aussi ça le passage obligé. Le marathon avant d’être 42,195 bornes à engloutir c’est surtout 3 mois de préparation intensive où tu te projettes sur le Jour J. Pendant ces 3 mois tu vis marathon, tu bouffes marathon, tu es un néo marathonien.

  • vers l’inconnu et au delà

Malgré quelques kilomètres en plus au compteur depuis 2014 une chose est sûre. Le marathon reste et restera toujours une distance éprouvante et déstabilisante pour moi.  Sur les plus petites courses la question du chrono l’emporte, pas la finalité. Sur le marathon c’est back to basics.  On peut se donner un chrono mais on n’est jamais à 100% sur d’être finisher.  Malgré la préparation. La ligne d’arrivée reste le principal.

Après réflexion si je devais résumer les raisons qui me poussent à me relancer ce défi :

le mental – le challenge – l’émotion – l’humilité – le partage

Envie de savoir comment va se passer ma prépa? Rejoins moi sur mon insta !

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 182 articles sur le Blog.

18 Comments

  1. fintesslilise says:

    je te souhaite beaucoup de courage pour ton marathon ma belle.
    bonne préâraztion je vais suivre tout ça de près via insatgram =). pleins de bisous ma nenette

  2. Lena says:

    Cool ! Bonne prépa ! Moi aussi je me suis réinscrite pour mon 3e … mais quand je sais la prépa qui m attends J ai envie de prendre mes jambes à mon cou et de me barrer (en courant) 😱

  3. croccofant says:

    Je viens tout juste de trouver ton blog! Il est extra! Je me reconnais dans ton récit du marathon… C’était en 2016 pour moi mais pareil!
    Et j’ai appris une nouvelle expression: capable d’insulter mère et descendance! Je la garderai précieusement! Merci!

    1. Cam Dewoods says:

      Coucou croccofant ! Super merci pour ton commentaire qui me fait très plaisir 😀 Comment s’est passé ton Marathon?? Tu en refais un? au plaisir de te lire à nouveau !

      1. croccofant says:

        Mon marathon s’est passé très bien jusqu’au 25ème km environ. L’idée était juste de finir sans obligation de chrono… Ma prépa physique était nickel par contre ma prépa alimentaire s’est avérée catastrophique! 🤐
        Je suis végétarien et j’ai pensais bien faire mais je perdais beaucoup de poids surtout à la fin. Je pense que j’ai tellement puisé dans mes réserves durant la prépa que durant l’épreuve je n’avais pas assez de force. J’ai eu des douleurs intestinaux tellement violentes… 😳 Impossible de s’en débarrasser! J’ai pas mal marché sur la dernière partie, mais j’ai croisé la ligne d’arrivée en courant!
        Je souffre encore de fatigue et j’ai arrêté de courir pour le moment. Je veux recommencer en janvier pour mieux gérer mes chronos et ma foulée en 2017. Peut être qu’en 2018 je ferai un deuxième marathon… On verra! Je suivrai ta prépa avec beaucoup d’intérêt, je suis sûre de pouvoir apprendre des choses! Bon courage!
        À bientôt, Alexandra

  4. Le gang des payeurs de dossards – Cam dewoods says:

    […] avec un but précis, après parfois des mois de préparation, amplifie les émotions. Dédouble ce sentiment collectif. Que celui qui ne se projette pas du tout […]

  5. mleipp says:

    et pour ceux qui ne courent pas… c’est aussi un moment magique : Paris en version totalement piétonnier, tous les clubs de percussion qui se démènent tous les 20 mètres à vous décrocher le cœur… bref une ambiance extraordinaire.

    1. cam_dewoods says:

      C’est clair ! A revivre cette année ? 😀

  6. Nastillac says:

    Salut!

    Je l’avais pas lu celui-ci et je pense que j’ai bien fait. C’est très sympa de le lire après ton dernier article en pleine prépa. C’est le moment « flash back » dans le film, ça aide à comprendre à ce moment précis du fil pourquoi on est là. Je pense qu’à ce moment de ta prépa ça doit aussi être très important pour toi de rembobiner la cassette et de remettre le doigt sur le point de départ. Bon courage pour la suite, let’s go to the mall.

    Nastillac

    1. cam_dewoods says:

      Hello ! Oui effectivement tu as totalement raison… j’aime bien me replonger dans mes résolutions de startin pour me rappeler ma motivation première ! Un must en ce moment où j’entre de plus en plus dans le dur de la prépa ! Merci pour ton commentaire très bonne journée !

  7. 14 semaines de pur bonheur pour un marathon de folie ! – Cam Dewoods says:

    […] en a déjà parlé toi et moi, du pourquoi du comment. Pourquoi au lieu de rester tranquillement au chaud dans mon lit le dimanche 9 avril prochain (date […]

  8. 2017, objectifs bien-être – Cam Dewoods says:

    […] c’est renoncer » sera donc mon mantra de l’année 2017. Et le marathon sera un très bon exercice pour la commencer. Car la rigueur et la fatigue des entraînements ne […]

  9. Galopin Aurelie says:

    Cette article m’a trop donné envie j’étais motivée pour l’année prochaine mais maintenant je le suis encore plus, faut juste que j’arrête de lire tes posts sur insta sur t’a préparation 😂

    1. cam_dewoods says:

      Ahah !!! Ah non tu restes là; ça te sera utile pour l’année prochaine 😀 Bonne soirée 😀

  10. Klorun says:

    Vu ta prépa que je suis sur Insta, je suis certaine que tu seras 1: finisher et 2: tu vas lui botter le cul à ce fameux mur des 30 km ! bon marathon Cam Dewoords !!

  11. Pédale ou Crève sur le Roc D'Azur – Cam Dewoods says:

    […] fruit d’une équation naïve : «  moi pouvoir courir + de 30 bornes  + moi savoir pédaler » qui nous amène donc à un résultat logique «  tiens pourquoi pas […]

  12. 14 semaines de pur bonheur pour un marathon de folie ! – Cam Dewoods says:

    […] en a déjà parlé toi et moi, du pourquoi du comment. Pourquoi au lieu de rester tranquillement au chaud dans mon lit le dimanche 9 avril prochain (date […]

  13. Le gang des payeurs de dossards, courir une course officielle ! says:

    […] avec un but précis, après parfois des mois de préparation, amplifie les émotions. Dédouble ce sentiment collectif. Que celui qui ne se projette pas du tout […]

Leave a comment

Your email address will not be published.