Alice, un mental de fer dans un petit bout de femme

Posted on

Aujourd’hui j’ai le plaisir de te présenter Alice. Pour une interview un peu spéciale. Spécialement chargée d’émotions pour moi. Double dose de mélo, rasade de nostalgie, Alice c’est une belle personne que j’ai rencontré il y a presque 8ans. Bim coup de vieux dans ma face. Le genre d’amitié qui perdure avec le temps, entre nos changements de vies et de cap respectifs. Comme dirait Jeanne « On s’est connu, on s’est reconnu On s’est perdu de vue, on s’est r’perdu d’vue ». Mais on finit toujours par se retrouver. C’est l’essentiel.

Alice, c’est une vieille connaissance soit. Mais c’est aussi une nana qui m’impressionne. Alors que j’appelle ma mère en détresse à la moindre toux et que je me retrouve dévastée par un tsunami de morve mon petit bout de copine, elle, ne cesse de se battre inlassablement contre des démons beaucoup plus terribles. Cette foutue maladie dont elle te parlera mieux que moi. Et ne sort pas les violons. Elle ne cherche pas à faire larmoyer sous les chaumières. En toute simplicité elle se bat et lutte avec le sourire. Impressionnant. Elle construit sa famille et continue son petit bout de chemin, gardant toujours en tête son objectif. Et quel bel objectif. Profiter de la vie, aimer les siens, et tout donner dans ce qu’elle entreprend.

Péter des chronos c’est bien, se gargariser de kilométrages toujours plus impressionnants c’est génial mais aujourd’hui je te propose de découvrir une personne qui ne court pas pour les médailles ou pour son compteur strava. Une personne qui ne cessera de m’impressionner et que j’aurais le plaisir de liévrer sur le prochain semi de Paris. Un personne qui court pour guérir, et qui ne cesse de s’accrocher à la vie. Merci à ma copine de s’être prêté au jeu de l’interview…

Interview d’Alice, une runneuse au mental de fer…

Prénom : Alice

Age : 28 ans

Particularité : Toute petite ! 😊

Présente-toi en quelques mots :

Je pense que l’adjectif qui me définit le mieux est passionnée. Je le suis dans tous les domaines de ma vie. Follement amoureuse de mon mari et de mon bébé chat, Lou ; je suis une grande passionnée de mon métier et j’adore mon job, Responsable RH. Et sinon, quand je ne suis pas au travail ou avec ma petite famille et bien je cours, et j’adore ça !

Alice, tu m’as dit il y a quelques temps « je cours pour guérir ». Forcément c’est le genre de choses qui restent graver. Peux tu nous en dire plus ?

Je fais actuellement une rechute dans le cadre d’une LMC (leucémie myéloïde chronique). A l’inverse de ma première leucémie, cette fois le combat est beaucoup plus psychologique que physique, et la course à pieds m’aide à garder le cap, à continuer à me battre. Quand je cours, j’ai l’impression de dompter la maladie, que c’est encore moi qui commande à mon corps.. Que c’est encore moi la patronne !

Quand je cours, j’ai l’impression de dompter la maladie

Quel a été le déclencheur ? comment t’es-tu mis au sport ?

Mon mari ! C’est de sa faute tout ça ! Haha ! 😉
En fait, il est très sportif et passionné de course à pieds. C’est lui qui m’a donné le virus. Je me souviens, la première fois que l’on est allé courir ensemble, je m’étais arrêtée au bout de 20 min au bord de la crise cardiaque… et puis petit à petit j’ai progressé et suis devenue accro à mon tour.

Et pourquoi la course à pieds ?

On va dire qu’au début c’est un peu l’occasion qui a fait le larron, si mon mari ne m’avait pas initiée à la course à pieds je ne m’y serais peut-être jamais mise. C’est un sport simple d’accès, que l’on peut en faire partout, à n’importe quelle heure ou presque, il suffit juste d’enfiler un legging, de chausser ses baskets et hop, c’est parti.

les runners arrivent à en faire une aventure humaine collective.

Ensuite, c’est aussi un sport super gratifiant, avec de l’entraînement on progresse super facilement.
Et enfin, pour l’ambiance. Toute cette communauté de runners que l’on retrouve sur les réseaux sociaux et prend plaisir à suivre. Je trouve ça super inspirant. Et l’ambiance des courses : incomparable, ultra entraînante. C’est fou comment d’un sport qui pourrait être individualiste, les runners arrivent à en faire une aventure humaine collective.

courir femme

En quoi penses-tu que cela t’aide à guérir ?

Au-delà de toutes les impacts positifs du sport sur la santé déjà démontrés, je trouve que la course à pieds est la parfaite analogie d’un combat contre une maladie. On passe par les mêmes étapes psychologiques. Je m’en suis rendue compte après avoir franchi la ligne d’arrivée de mon premier semi (Paris, 2017). Au début ça va, on se met dedans progressivement, les premiers kilomètres passent assez facilement. Quand on a notre rythme de croisière, les kilomètres défilent sans forcément s’en rendre compte. Puis on fatigue. On en peut plus, on a envie d’abandonner. Mais on s’accroche, on tient, on ne lâche rien parce qu’on sait qu’on bout il y a la ligne. C’est le seul but : la ligne d’arrivée. Alors on continue d’avancer, en boitant peut-être, parfois même en étant obligé de marcher quelques mètres. Et puis, enfin, après toutes ces épreuves et être passés par toutes les émotions possibles et inimaginables, on y est. On franchit la ligne. Ça y est, on l’a fait, on y est arrivé ! Et parfois même, avec la rémission viennent les courbatures de tout le combat qu’a été cette course contre la maladie.
Quand je cours j’ai l’impression de combattre activement, concrètement, toutes les mauvaises cellules qui se baladent dans mon corps. Ça me rend encore plus vivante, et ça fait du bien à mon moral. Et je pense que tout ce qui fait du bien au moral aide à combattre une maladie.

Quand je cours j’ai l’impression de combattre activement, concrètement, toutes les mauvaises cellules qui se baladent dans mon corps.

Comment fais-tu pour tout gérer ? Vie de famille avec ta petite Lou, vie de couple, sports… ? Tu te dopes à quoi ? !

Aux bubble-tea ! et à l’amour, haha 😉

C’est une question d’équilibre. Il faut réussir à ménager du temps pour tous les aspects de la vie qui nous tiennent à cœur : famille, sport, travail… quitte à le planifier sur un agenda pour arriver à tout combiner.
Mais c’est clair que sans le soutien de mon mari je n’arriverai pas à jongler avec tout ça !

A vrai dire, ce qui m’impressionne le plus c’est ton smile ! Ta force. A toute épreuve ! Ta capacité à baisser les bras. Comment fais-tu ? où vas-tu puiser toute cette énergie ?

Dans ma famille. Je leur dois ma vie. Sans mon mari, sans ma fille et sans la famille et les amis, je crois que j’aurais baissé les bras.

En parlant dopage, c’est quoi ton doudou nutrition qui te fait carburer comme Speedy?

Eh bien justement j’aimerais bien en trouver un !

On va parler un peu actualité tiens ! Tu nous prépare quoi de beau comme prochains défis ?

Mon prochain défi sera la corrida de Noël, que j’espère passer en une heure. Ensuite le semi, que j’aimerais passer entre 2h10 et 2h00, mais avec toi comme lièvre ce sera easy ! 😉

Et dans l’idéal, tu voudrais aller jusqu’où ? le marathon ?

Oui oui, c’est prévu déjà ! Marathon de Paris 2018 ! Oh my god !
Mais après j’aimerais bien essayer les trails

On finit sur quelques questions sportives…

C’est quoi ton slogan, ton leitmotiv, celui qui te fait avancer lorsque tu n’as plus de jambes ?

Courir pour Guérir, mais j’espère bien ne plus en avoir besoin bientôt…
Après je ne sais pas ce que ce sera… Courir pour Grandir peut-être. Je ne parle pas de ma taille hein, je n’ai plus d’espoir quant à ce sujet-là ! 😉 Mais grandir humainement, pour le dépassement de soi.

Et ta tenue préférée ?

J’en ai pas encore, je m’étais dit que quand je serai une vraie runneuse, j’aurai le droit d’avoir une belle tenue… J’irai donc la chercher prochainement !

Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

L’arrivée des 20 km de Paris. Quand j’ai couru cette course, j’étais déjà en rechute. C’est la course la plus dure que j’ai jamais faite de ma vie. Bien sûr, je l’ai faite sans prépa, j’ai dû courir au mieux 4 fois en tout sur les trois mois précédant la course. J’ai lutté du 15eme au dernier km. J’ai marché, couru, marché sur la fin du parcours. Mais je n’ai pas lâché, j’ai continué, pour finalement passer la ligne d’arrivée. Pour moi ça voulait dire que j’allais guérir.

Pour moi ça voulait dire que j’allais guérir.

Ton mentor: Mon mari !

Ton meilleur supporter : Mon mari, encore ! Bientôt ma fille, j’espère ! 😊

Noël approche, des idées pour le père Noël ?

De jolies tenues de runneuse, et une montre de sportive !

Un petit mot à rajouter avant de se quitter ?

Dis, tu ne me crieras pas trop dessus, hein, le 04/03/2018 ! 😉

Retrouve toute l’énergie et le mental de winneuse de mon Alice sur son profil insta lilou runs

Et si tu veux faire partie de mes prochains coup de coeur, envoie moi un petit message !

A propos de l'auteur :

Chaudière sportive, à l’ascenseur émotionnel qui plafonne à chaque nouveau challenge ! J’espère te donner la patate si tu n’as pas envie de bouger, ou te faire au moins rire dans ton canapé !

a écrit 158 articles sur le Blog.

  • Share

8 Comments

  1. Camille Court en Vert says:

    Un très beau message qui m’a émue aux larmes mais avec le sourire 🙂
    Cette comparaison entre la course et la maladie. Je la comprends tellement ! Ça a été pareil pour moi quand j’ai été malade, et mon premier marathon c’était pour dire merde aux mauvais tours de la vie et me dire que je pouvais faire de grandes choses avec mon corps. J’espère de tout cœur que ton premier marathon te donnera la même chose.

    Ps : tu es une vraie runneuse, va t’acheter ta tenue 😉

    1. Lilou says:

      Merci beaucoup! Triste de lire que tu es passée par la maladie toi aussi, mais contente de partager ce sentiment avec quelqu’un. J’espère aussi pour le marathon! Réponse en avril!

      Ps : C’est prévu pour Noël ;)! Mais j’ai déjà repéré deux-trois tenues! 😉

  2. Mathieu says:

    Superbe article Cam! As usual j’ai envie de dire!

  3. Gluthealthy says:

    Impressionnant !!’ Oufissime ! Bravo et courage

    1. Lilou says:

      Oh! Merciiii! 🙂

  4. Morgane says:

    Superbe interview camille, découvrir cette belle personne, Alice, à travers tes mots et les siens, c’est parfait.
    Bravo à elle, bravo à toi <3

    1. Lilou says:

      Merci beaucoup Morgane! c’est adorable 🙂

  5. Jérôme says:

    Je trouve ce témoignage très riche en émotions et en morales . cette « petite » (je dis ça parce qu’elle est plus jeune que moi Rien à voir avec la taille 😋😋😋😋)
    Beaucoup de personnes devraient suivre son exemple dans la vie .
    Ne jamais rien lâcher jamais
    Merci encore pour ce témoignage extraordinaire de courage
    Merci

Leave a comment

Your email address will not be published.